jules1.png

Jules Bianchi Marussia F1

 

Marussia a connu ce vendredi sur le circuit de Sakhir sa journée d’essais la plus productive depuis le début des tests hivernaux à Jerez.
Jules Bianchi a parcouru 75 tours au volant de la MR03, signant au passage le sixième temps de la séance.
Le Niçois espère que Marussia sera en mesure de poursuivre sur sa lancée ce samedi et de réaliser une simulation de course.
"C’est très encourageant, a déclaré Bianchi aux médias – dont F1i – présents à Bahreïn. L’équipe a réalisé du très bon boulot après nos essais difficiles de la semaine dernière, elle n’a pas baissé les bras. Ces derniers tests ont plutôt bien débuté en ce qui nous concerne. Nous avons parcouru beaucoup de tours ce vendredi, cela nous a permis d’apprendre pas mal de choses, et je suis impatient de remonter dans la voiture demain."
"Nous avons commencé à travailler sur les réglages pour la première fois aujourd’hui, nous avons donc encore du pain sur la planche, mais nous avançons pas à pas. Nous avons connu une journée très productive, réalisant un relais de plus que ce qui était prévu au programme, et j’espère que nous serons en mesure de procéder à une simulation de course demain." 
 
F1i.com 
 
jules.png Jules Bianchi Marussia
Jules Bianchi, pilote # 17 
"Il est tout à fait passionnant de mettre fin aujourd'hui d'une manière positive et de savoir que la prochaine fois que je conduis la voiture aura lieu le vendredi à Melbourne le premier Grand Prix de la saison. Nous avons réalisé une bonne compréhension de base de la voiture maintenant et j'ai un très bon sentiment pour elle. Bien sûr, nous espérions encore plus de kilométrage aujourd'hui, mais nous sommes heureux avec ce que nous avons accompli et du travail que nous avons fait est très important. A la fin de la journée j'ai eu ma première expérience de la voiture en carburant sur ​​les pneus tendres et Supersoft, se rapprocher de la spécification de qualification. J'ai été encouragé par la performance de la voiture, même à ce stade précoce, lorsque nous savons qu'il ya plus à venir. Nous allons voir comment les choses se passent pour l'équipe de demain, mais j'ai l'impression que nous sommes bien préparés et gagner la confiance avec notre package ".  
 
 
 
jev1.png JEV Toro Rosso
 
C’était aujourd’hui au tour de Jean-Eric Vergne de prendre les commandes de la STR9. Toro Rosso poursuit sa marche en avant petit à petit en progressant dans de nombreux domaines, même si aujourd’hui la chasse au chrono n’était clairement pas l’objectif. L’équipe se focalisait aujourd’hui sur plusieurs set-up de suspension et sur l’équilibre de la voiture avec le nouveau package aéro testé pour la première fois hier. L’équipe s’est également penchée sur la cartographie moteur, étude qui a donné des résultats positifs.
 
« Nous avons bouclé pas mal de tours aujourd’hui sans rencontrer de problème important » explique JEV. « Cela montre que nous allons dans le bon sens. Il y a encore du boulot, mais on peut dire que nous avons franchi un palier et nous espérons faire tout autant de kilomètres dans les jours à venir. Je serais de retour au volant dimanche, et j’espère que nous serons en mesure de faire une simulation de qualification et de course. »
 
jev.png Jean-Eric Vergne s’est chargé de la dernière journée d’essais avant la Grand Prix de Melbourne. La matinée s’est parfaitement bien déroulée à Bahreïn pour le Français, puisqu’il est venu à bout de son programme de travail avec notamment quelques ajustements au niveau des suspensions et une amélioration de la maniabilité de l’auto, le tout avec des résultats positifs. L’après-midi était consacrée aux longs relais.
 
« Les douze derniers jours ont été assez intenses » reconnaît JEV. « Aujourd’hui, la journée a été positive et nous avons fait du bon boulot, notamment ce matin lorsque nous avons réussi à faire tout ce que nous avions planifié. »
 
« C’était un peu plus compliqué cet après-midi, mais nous avons néanmoins réussi à faire pas mal de kilomètres et nous avons beaucoup appris. La voiture m’a encore donné de bonnes impressions. »
 
« Ces essais hivernaux n’ont pas été simples, mais nous ne sommes pas les seuls dans cette situation. Même s’il n’y a plus d’essais, je sais que notre équipe va travailler d’arrache pied avec notre partenaire afin de régler nos petits soucis avant Melbourne. La chose très positive et que je sens que nous avons une bonne voiture, donc dès que tout sera en ordre, je suis persuadé que nous pourrons faire de bonnes courses. »

gt2.png

 Ferrari GT2 Fabien Barthez-Soheil Ayari-Anthony Pons ELMS et 24H du Mans aux couleurs de Julie

 

La nouvelle aventure de Fabien a débuté mardi à Nogaro avec les premiers essais d'une nouvelle Ferrari GT2.
La saison 2014 va réunir un nouvel équipage Fabien Barthez-Soheil Ayari- Anthony Pons pour le championnat ELMS et les 24H du Mans.
Après un titre de champion de France GT avec Morgan Moullin-Traffort, Fabien monte à l’étage supérieur.
Tout sera nouveau, les circuits, le format des courses, les équipiers et surtout une vrai auto de course.
Fabien a tout de suite pris la mesure de cette magnifique Ferrari. Il a surpris Soheil qui a fait le Gt Tour dans le même team en 2013.
Fabien Barthez:
« Rien à voir avec la GT3, c’est un proto avec une caisse de GT. Le freinage est direct, efficace. Le châssis rigide, précis, sans surprise. L’habitacle est exceptionnel.
Je me suis senti tout de suite à l’aise, les chronos sont très très bons. Je n’ai pas attaqué, ça s’est fait tout seul, naturellement. »
Je suis également très satisfait de mes coéquipiers,.Tout est ok pour une nouvelle aventure. »

Les propos de Fabien sont sans équivoques. Il est confiant et heureux, l’apprentissage des grandes courses d’endurance débute de la meilleure des façons. 2014 sera une année de découverte des circuits et du pilotage dans le trafic.
La tâche n’est pas facile, il faudra beaucoup de travail, mais lorsque le plaisir et la confiance sont présents, c’est bon signe.

Gérard Tonelli 

 

 

fab-gt2.png Fabien Barthez-Anthony Pons

 

 Essais ASP Sofrev Nogaro:

morgan.png Morgan Moullin-Traffort fera équipe avec Philippe Giauques en GT Tour 2014, sur la Ferrari GT3 championne de France 2013.

Eric Debard et Olivier Panis  seront sur l'autre Ferrari GT3.

fab350.png

 Fabien Barthez aux 24H du Mans 2014

 

 

gt2_fab.png Si Jérôme Policand revient dans une série Le Mans, ce n’est pas en tant que pilote mais bien en tant que patron d’équipe. Après avoir montré de bien belles choses en GT3, le Team SOFREV-ASP passe à l’étape supérieure avec des débuts en GTE. L’équipe basée à Balma alignera cette saison une Ferrari F458 Italia en European Le Mans Series ainsi qu’aux 24 Heures du Mans. L’équipe nous avait habitué à des Ferrari rouges ces dernières années mais la GTE sera bien blanche et bleue, ce qui lui sied à ravir. L’auto est aux couleurs SOFREV, Adria et Minerva Oil.
Fabien Barthez, Anthony Pons et Soheil Ayari se relaieront dans le baquet de la #58, aussi bien au Mans qu’en ELMS. En complément, une Ferrari 458 Italia GT3 sera de la partie en ELMS pour Christophe Bourret, Jean-Philippe Belloc et Pascal Gibon.

-Liste des engagés aux 24H du Mans 2014. Clic...
 
jev-reno410.png

 

 

Renaud Derlot pilote puis coach…

 

Sans Renaud JEV ne serait pas en F1. J’ai passé quelques années aux côtés de Renaud pour en parler avec une assurance certaine. De la Campus à la F1 Renaud a formaté JEV.

C’est un job de tous les jours qui permet d’inculquer une philosophie pour être un jour un champion.

 

Comme en foot-ball, il faut maîtriser le sujet pour pouvoir donner les meilleures armes à un jeune talent.

Pendant ces dernières années, j’ai eu la chance de côtoyer en même temps Fabien Barthez et Renaud Derlot. Je sais aujourd’hui faire la différence entre un bon pilote et un champion.

 

L’objectif de mon article est de faire partager cette réflexion aux jeunes pilotes de karting qui ambitionnent une carrière en sport auto.

 

Seuls une petite quinzaine de pilotes ont réussi ces dix dernières années. Ils sont en F1  ou en  endurance. Contrairement au foot, ceux qui vivent bien de leur passion se comptent sur les doigts d’une main. Les autres seront obligés de se reconvertir sans avoir pu tirer un profit suffisant.

 

Pour devenir un bon pilote:

20% de talent

30% de travail et de passion

30% de volonté et de mental

20% de budget et un bon accompagnement.

 

Pour devenir un champion 

Un cerveau

 

Lorsque toutes les étapes sont franchies avec succès et que le pilote est enfin reconnu comme un jeune talent, il reste une étape pour perdurer et devenir un professionnel. C’est à ce moment que son intelligence fait la différence.

 

Renaud et quelques autres pilotes avaient tout pour réussir au plus haut niveau. Mais il y a aussi un facteur chance qui permet d’être là au bon endroit et au bon moment.Il faut correspondre au besoin du marché...

 

Bonne chance à tous, mais n’oubliez pas que votre coup de volant ne représente que 20% de chance de réussite…

 

Gérard Tonelli

 

 

 

jev-reno.png 

 Reno-JEV

reno-gg.png 

 Reno-GG

 

 

 

 

 

 

 

jec-jerez1.png

 Ce lundi, Jean-Eric Vergne était chargé de faire débuter la nouvelle Formule 1 de la Scuderia Toro Rosso, la STR9, propulsée par un tout nouveau bloc Renault. Le Français complétait 15 tours, soit la troisième plus longue distance du jour, et emmagasinait de précieuses informations.
« La voiture s’est arrêtée plus tôt que prévu, nous n’avons pas utilisé la pleine puissance et je n’ai pas pu réellement jauger tout le potentiel de l’auto, il serait donc facile de dire que les choses ne se sont pas bien déroulées… Mais ce serait une bien mauvaise interprétation car nous nous attendions à rencontrer diverses mésaventures, notamment dans l’apprentissage du fonctionnement du nouveau moteur. »
« En réalité, je crois que c’était une journée très positive, car le fait de pouvoir s’élancer en piste à bord de cette voiture est déjà un succès. L’équipe peut donc être satisfaite de cela, c’est une récompense pour le travail de chacun. En ce qui me concerne, c’était également intéressant de collaborer avec mon nouvel ingénieur de course pour la première fois et de sentir de nouveau l’atmosphère des paddocks de Formule 1. »
« Nous allons maintenant analyser toutes les données et Daniil poursuivra le programme demain. C’est donc globalement un début de saison satisfaisant compte tenu du gros challenge qui nous attend. »
 
jev-jerez1.png 30/01/14
Pour sa deuxième journée au volant de la STR9, Jean-Eric Vergne a bouclé une trentaine de tours du circuit de Jerez. JEV et son équipe ont ainsi vérifié divers points sur le système global de l’auto, mais il est encore trop tôt pour atteindre le potentiel du package en terme de performance. 
 
« Cela a encore été une journée compliquée, mais beaucoup plus positive que les deux précédentes » concède JEV. « C’est même un grand pas en avant. En fin de séance, nous avons été en mesure de boucler plusieurs tours et le moteur fonctionnait bien. »
 
« Je suis content du travail effectué avec l’équipe et notamment avec Renault. Hier, tout le monde est resté calme pour identifier le problème. Je crois que nous avons maintenant une bonne base sur laquelle nous allons pouvoir travailler ce soir afin d’encore progresser demain. » 
 
  Pour sa deuxième journée au volant de la STR9, Jean-Eric Vergne a bouclé une trentaine de tours du circuit de Jerez. JEV et son équipe ont ainsi vérifié divers points sur le système global de l’auto, mais il est encore trop tôt pour atteindre le potentiel du package en terme de performance. 
 
« Cela a encore été une journée compliquée, mais beaucoup plus positive que les deux précédentes » concède JEV. « C’est même un grand pas en avant. En fin de séance, nous avons été en mesure de boucler plusieurs tours et le moteur fonctionnait bien. »
 
« Je suis content du travail effectué avec l’équipe et notamment avec Renault. Hier, tout le monde est resté calme pour identifier le problème. Je crois que nous avons maintenant une bonne base sur laquelle nous allons pouvoir travailler ce soir afin d’encore progresser demain. »
 
Ce sera au tour de Daniil Kvyat de prendre le volant de la nouvelle Toro Rosso pour ce quatrième et dernier jour d’essais à Jerez. 
 
challenge-julie-tonelli-004.png Jules Bianchi sera en piste vendrediavec la Marussia Ferrari
 
31-01-14 
Tests à Jerez 
Circuito de Jerez, Spain 
Châssis: MR03-01 
Tours: 25 
Position 6th / 11 
Meilleur tour: 1:32.222 

La MR03 a continué ses débuts en piste à Jerez avec Jules Bianchi à son volant. 
La journée a commencé dans le froid et avec une piste humide mais cela n'a pas empêché l'équipe d'avancer dans son programme et notamment l’étude de l'interaction entre les freins et la transmission. L'équipe a ensuite enchainé les tours afin de travailler sur la fiabilité. 
La journée s'est arrêtée un peu plus tôt que prévu par un drapeau rouge, Jules n'a donc pas pu confirmer le bon travail accompli. La voiture a cependant bouclé 30 tours en 2 jours sans aucun souci en piste. 
Jules Bianchi #17: 'J'étais très impatient de prendre le volant de la nouvelle MR03, et j'ai beaucoup apprécié ! La voiture se comporte très bien et je suis content du temps que nous avons passé en piste. Vous voulez toujours plus, c'est normal, mais il y a beaucoup à apprendre et à comprendre, et nous devons donc être patients. Une fois que nous étions satisfait des différents systèmes, nous avons pu passer les pneus slicks et enchainer les tours. C'est le début des essais mais nous sommes contents de notre rythme. Un bon début !' 
Dave Greenwood, ingénieur en chef: 'Ces dernières 48h ont été chargées depuis l'arrivée de la MR03 à Jerez. Nous avions beaucoup à faire dans un temps limité. Au regard du challenge qui était devant nous, je pense que nous pouvons être contents de nos débuts et de notre package. Nous avons eu besoin d'un peu de temps pour bien exploiter nos systèmes, mais à la fin de la journée nous commencions à faire de bons progrès. Nous retournons maintenant à l'usine où nous allons passer beaucoup de temps à analyser les données et nous préparer au mieux pour la suite des essais hivernaux à Bahreïn.' 
Source: Marussia F1 Team 
 
jules2014.png Interview Jules Bianchi (Eirisport)
 
Jules Bianchi a découvert ce vendredi sa nouvelle monoplace pour la saison de Formule 1 à venir, la Marussia MR03, étrennée hier par son équipier Max Chilton. Il a parcouru 25 tours sur le circuit de Jerez dans des conditions peu idéales en raison de la pluie. A l’issue de cette ultime journée d’essais en Andalousie, ;F1i était présent dans l’hospitalité Marussia pour vous rapporter les premières impressions du pilote niçois.

Marussia a parcouru plus de tours que Red Bull durant ces essais. Cela signifie-t-il quelque chose ?
"Que nous avons fait du bon boulot. L’équipe a travaillé sans relâche pour être ici à Jerez. Et nous y sommes parvenus. Hier, nous n’avons pas parcouru beaucoup de tours, mais c’est normal puisque la voiture était neuve. Nous avons déjà observé des progrès aujourd’hui. Certes, réaliser 25 tours n’est pas idéal car nous aurions souhaité en faire plus, mais ça représente malgré tout une bonne entrée en matière."

Les changements au niveau du règlement sont conséquents et Marussia dispose du plus petit budget du plateau pour y faire face. Cela vous a-t-il inquiété durant l’hiver ?
"Pas du tout. En plus, cette année nous disposons du moteur Ferrari, ce qui est une bonne chose. Ferrari a fait du très bon boulot avec son nouveau propulseur. Nous ne savons pas encore où le V6 turbo Ferrari se situe par rapport à celui de Mercedes et de Renault, mais la base est vraiment bonne."
;Marussia aborde-t-elle ces essais hivernaux en étant mieux préparée que l’an dernier ?
"Il est difficile pour moi de répondre à cette question étant donné que j’ai rejoint l’équipe à la fin des essais la saison dernière. Mais ce que je peux dire, c’est que Marussia a accompli un sacré travail pour être présente à Jerez. La tâche n’était pas aisée."

Le taux d’abandons sera probablement élevé lors des premiers Grands Prix de la saison. Est-ce une chance à saisir pour Marussia afin de réaliser son premier top 10 en F1 ?
"Nous sommes réalistes mais nous voulons aussi nous trouver dans une position d’inscrire des points en fin de course à Melbourne, ainsi que lors de toutes les autres courses. Peut-être que nous serons en mesure de marquer des points sur une base régulière, ce qui est notre souhait. Nous savons ce que nous pouvons faire, que nous sommes une petite équipe, mais inscrire des points est notre objectif."
;Quelles ont été vos premières sensations quand vous avez piloté cette nouvelle Marussia ce matin ?
"J’ai tout de suite senti que la MR03 avait moins d’appui que la monoplace que je pilotais l’an dernier. Le moteur répond aussi différemment comparé au V8, ce qui est normal. Mais ce n’est qu’une question d’habitude. Pour vous dire la vérité, ce nouveau moteur me plaît. Il représente un défi agréable pour les pilotes. La traction est désormais un peu plus difficile, mais j’aime ça."

Les conditions n’étaient pas idéales pour votre premier roulage au volant de la MR03, avec une piste humide et ces nouvelles F1 qui disposent d’une adhérence moindre…
"En effet, ce n’était pas facile. Je découvrais la voiture et la piste était détrempée. Mais même si vous n’accomplissez pas beaucoup de tours, vous progressez tout de même dans la compréhension de la voiture au fil des tours. Au final, j’ai parcouru 25 tours et je pense que ce fut une journée positive."

Avez-vous dû adapter votre style de pilotage ?
"Non car je ne peux pas changer mon style de pilotage en 25 tours. Je devrai donc peut-être m’adapter, par exemple en sortie de virage ou quelque chose comme ça. Mais aujourd’hui, j’ai piloté comme l’année dernière."

Que pensez-vous du bruit émis par les nouvelles F1 ?
"C’est étrange car parfois vous pouvez ressentir le turbo s’activer et cela change la sonorité du moteur. C’est quelque chose à laquelle nous n’étions pas habitués, mais nous n’y ferons plus attention après une ou deux journées d’essais supplémentaires."
 
 
Essais en live. F1.com. Clic... 
 
 

 

kev-day.png

Kévin Estre: 24H Daytona 2014 Porsche GRD America avec Children's Tunor Toundation


 

kev-day2.png Kévin prends le départ en P7. Après 2H de course, il est P1 des GTD. IL termine les 24H à la 13ème place après de nombreux problèmes.

 

 

kev-day1.png 

kev-nur2.png

 Kévin Estre pilote officiel McLaren GT pour 2014

 

 

Kévin Estre vient de signer un contrat de pilote officiel avec McLaren GT pour 2014. La nouvelle
intervient au terme d’une saison qui a vu le Français enchaîner les succès au volant de différentes voitures de Grand Tourisme, dont la 12C GT3 du constructeur britannique détenteur de 20 titres mondiaux en Formule 1.
 
Le pilote icsport management a le sentiment de franchir un cap important dans sa carrière : « devenir un jour pilote officiel était mon objectif quand j’ai décidé de me consacrer au GT. Je suis ravi et très honoré de la confiance que m’accordent aujourd’hui Martin Whitmarsh (CEO de McLaren Group) et Andrew Kirkaldy (Managing Director de McLaren GT). Accéder à ce statut au sein d’un constructeur tel que McLaren GT est extrêmement valorisant quand on sait ce que la marque a apporté au sport automobile. Ils construisent des voitures fantastiques et ne manquent pas de projets pour l’avenir. »
 
Kévin Estre a encore démontré en 2013 sa pointe de vitesse, sa capacité à gérer un meeting et
un championnat mais aussi son adaptabilité à des voitures aux architectures opposées. Champion de la Porsche Carrera Cup Allemagne, il a décroché un total de 13 victoires absolues en 2013.
Ses trois derniers week-ends de compétition de la saison se sont soldés par huit podiums sur huit possibles dont cinq victoires... au volant de trois autos radicalement différentes. Sa démonstration de virtuosité lors du final de la FIA GT Series dans les rues de Bakou au volant de la McLaren de
l’équipe Hexis Racing n’a laissé personne indifférent. « J’ai signé de bons temps et j’ai effectué de belles remontées sans commettre d’erreur. Les contacts avec McLaren GT ont débuté moins d’une semaine après la course. »
 
Les deux jours de tests récemment organisés par Pirelli au Paul Ricard HTTT ont permis à Kévin
de développer sa connaissance de la McLaren 12C GT3. Son programme précis pour la saison
2014 sera dévoilé dans les prochaines semaines. « Je remercie sincèrement tous ceux qui m’ont soutenu depuis mes débuts en compétition. Je suis sûr que nous partagerons de grands moments de passion en 2014 avec McLaren GT ! » 
 
kevcup3.png Kévin enfin reconnu au plus haut niveau…
 

Je connais Kévin depuis le karting. J’ai vu ses débuts en Formule campus puis en FR 2.0 et ensuite en Carrera Cup au Graff Racing puis chez Jérôme Policand.

La progression a été constante, permanente, due à un travail continu et acharné. 

Kévin est doté d’un talent naturel mais ça ne suffit pas pour être pilote. Tous ceux qui le côtoient, savent que c’est un bosseur.

Et puis Kévin, c’est la gentillesse, une philosophie de vie exemplaire qui ne laisse pas indifférent les décideurs.

Son implication pour les enfants en souffrance démontre la profondeur du personnage.

Kévin fait parti des pilotes qui donnent un espoir aux jeunes pilotes talentueux sans gros budget.

Gérard Tonelli

 
 
Site web Kévin; Clic... 

antoine-gg.png

Antoine Hubert Chez Tech 1 Racing FR 2.0 en 2014 

 

Après avoir remporté les titres Teams et Pilotes en Eurocup Formula Renault 2.0 la saison dernière, l’écurie Tech 1 Racing se prépare pour une nouvelle campagne dans le cadre des World Series by Renault. Le Français Anthoine Hubert, Champion de France F4 et membre de l'Equipe de France FFSA Circuit, intègre la structure toulousaine.

 

 

Avec cinq victoires en Eurocup Formula Renault 2.0, Tech 1 Racing s’est imposée comme la référence pour la saison 2013. Grâce à Pierre Gasly – sacré champion lors de la dernière course – et ses équipiers, Tech 1 Racing a remporté son second titre Teams dans la catégorie, avec 132 points d’avance sur le deuxième.

Avec deux de ses pilotes 2013 qui évolueront vers la Formula Renault 3.5 Series, la structure toulousaine a une nouvelle fois joué son rôle de formatrice pour les espoirs du sport automobile. Afin de continuer dans cette lignée, les pilotes qui seront engagés en 2014 se caractérisent par leur potentiel de performance.

Champion de France F4 la saison dernière, Anthoine Hubert a choisi l’équipe de référence pour son passage en Formula Renault 2.0. Référence dans le monde du karting, le Chartrain s’impose déjà comme l’un des plus sûrs espoirs français. Lors des essais organisés en novembre et décembre, il a impressionné l’équipe par sa capacité de travail et sa rigueur.

« Anthoine Hubert a déjà démontré ses qualités en F4 et nous sommes convaincus qu’il saura franchir un palier supplémentaire dans une discipline encore plus compétitive. Nous estimons qu’il sera en mesure de jouer une place dans le top 5 final », explique Simon Abadie

 

fab1.png
 Fabien Barthez: une nouvelle aventure en 2014 avec le ELMS, 24H de Spa et 24H du Mans
 
fab.png GT Tour 2013 victoire de Morgan Moullin-Traffort et Fabien Barthez
 
fab7.png FIA GT 2013 Victoire(catégorie) Fabien Barthez Gérard Tonelli
 
 
Fabien Barthez pilote automobile et champion de France GT 2013

Fabien a débuté en 2006 sur le circuit de Nogaro après une rencontre avec Jérôme Policand. Il est arrivé au volant d’une GT3 de route pour tourner sur le circuit J’étais présent pour les essais de début de saison en Carrera Cup. Quelle joie de côtoyer le champion du monde 98. Les premières années sur les circuits, Fab n’était que le footballeur, le meilleur gardien et champion du monde.
La première impression qu’il m’a laissé? Un passionné du pilotage et une humilité que je n’avais jamais vu chez une star planétaire.
 
Les journée sur le circuit se sont enchaînées avec l’école de pilotage de Nogaro dirigée par Henri Pellefigue, puis le passage à la catégorie supérieure en FR 2.0 avec Fernand Shistel. 
 
-2008: Fabien s’essaie dans plusieurs catégories pour étudier les circuits, mais c’est sur la monoplace FR 2.0 que Fab fera ses gammes . Et enfin la première course à Nogaro sur une Mégane .Il fait deux piges en Carrera cup chez Jérôme Policand. Je cours également dans le team.
 
-2009:  Fabien débute une saison complète en Carrera Cup dans le team Sofrev ASP. Nous sommes coéquipiers.
 
-2010:Fabien et Morgan Moullin-Traffort passent en GT sur une Viper. Après 3 meetings , ils mettent un terme à la saison.
 
-2011:Les vrais débuts de Fabien en sport auto. Il retourne chez Jérôme en GT sur une Ferrari 430 et gagne la coupe de France des circuits avec Gilles Duquesne.
 
-2012: GT Tour avec Morgan Moullin-Traffort sur une Ferrari 458  Team Sofrev ASP. Classement final 7ème.
 
-2013: La consécration du duo Fabien Barthez-Morgan Moullin-Traffort avec un titre national: Champion de France GT.
 
Morgan est un ami de Julie que je connais depuis le karting. Je l’ai suivi depuis ses débuts en sport auto en 2000 sur une Saxo Cupa avec Tim Ghislain. Après 13 années de compétition,2013 est sa meilleure saison, c’est son premier titre. Il a été le meilleur pilote A sur le GT Tour. 
 Ce statut, il le doit à Fabien qui lui a amené la philosophie du champion.
 
Fabien Barthez est maintenant un vrai pilote auto, sa marge de progression est néanmoins énorme.
2014 va lui permettre de passer dans une autre catégorie. Le programme prévu avec les 24H du Mans est tout à fait indiqué pour qu’il atteigne un nouveau statut. Il a surpris la totalité des spécialistes de la discipline y compris Jérôme Policand. Je ne suis pas dans ce cas et je l’ai dit dès le début à Fabien et Jérôme.
En tant que Gentleman driver et ami de Fabien, j’ai eu la chance de suivre l’aventure d’un champion confirmé, dans une nouvelle discipline. Je connais les difficultés lorsqu’on débute à un certain âge dans le sport auto. Les pilotes pros sont dans un banquet depuis l’âge de 12 ans. Ils ne se souviennent plus que chaque détail doit être répété des milliers de fois pour pouvoir les enchaîner en course. Lorsque les automatismes sont acquis, il reste la maîtrise, l’intelligence, l’attaque sans oublier de conserver le plaisir, la passion et la volonté. J’ai compris aux côtés de Fabien ce qu’est un vrai champion. Je sais pourquoi les surdoués en toutes disciplines, ne deviennent pas systématiquement des champions ou des stars.
Le secret de Fabien c’est son pourvoir de concentration qui a fait merveille lorsqu’il était le meilleur gardien de but du monde.
Rien n’est jamais acquis, l’intelligence est indispensable pour élaborer une stratégie de progression et pour faire les bons choix. 
 
Fabien Barthez est un personnage discret, simple, intelligent, déterminé, aux valeurs humaines surdéveloppées. Sa vie, c’est sa famille et ses amis, pas de place pour les autres…
 
Gérard Tonelli
 
PS:Merci Fabien, pour tout….je suis fan du pilote aujourd’hui.

 

fab5.png

 FIA GT Nogaro 2013

 
fab3.png 
 
fab6.png 
fab2.png 

jules-fefe.png

 Jules Bianchi Ferrari

La Scuderia Ferrari a indiqué dans un communiqué que Jules Bianchi et Pedro de la Rosa seront les deux pilotes au volant de la F138 lors des prochains tests Pirelli, organisés du 17 au 19 décembre à Bahreïn.
Alors que la gestion des données et l'horaire quotidien seront définis par Pirelli, le travail de de la Rosa, qui sera en piste sur le circuit de Sakhir lors des deux premiers jours, sera important "en termes de définition de la poursuite des travaux de développement dans le simulateur", indique l'écurie italienne.
Bianchi, membre de la Ferrari Driver Academy, montera dans la monoplace rouge le dernier jour. Le Français aura l'occasion de montrer les progrès effectués cette année alors qu'il pilotait pour Marussia au cours de sa première saison comme titulaire en Formule 1. Il continuera avec cette équipe en 2014.
Le test a été ajouté au calendrier après une longue concertation entre les équipes et à la demande de Pirelli, l'unique fournisseur de pneumatiques. La FIA a autorisé le projet et permet aux écuries d'utiliser des monoplaces de 2013. Seules Ferrari, Red Bull, Mercedes et Toro Rosso seront présentes parmi les six équipes ayant initialement annoncé leuir présence, McLaren et Force India ayant décidé de ne plus se rendre à Bahreïn.

 

jules-je-kev.png Jules Bianchi Jérémy Iglésias-Kévin Breysse pilotes de karting avant tout...(Brignoles décembre 2013)