elodie-jules.png 

Est-ce que Jules Bianchi pensait à la Formule 1 lorsqu'il a posé devant l'objectif de KSP au Trophée des Jeunes de Saint Amand il y a 11 ans presque jour pour jour ? Sans doute comme le rêve de tout jeune pilote qui doit ensuite franchir tous les échelons du karting puis de l'automobile.

 

Pour Jules, la dernière ligne droite a été un peu longue avec une dernière chicane, Force India qui dit non et Marussia qui dit oui alors que l'espoir séloignait, et un dénouement finalement positif. Une autre aventure commence. 

 

Merci à la FFSA d'avoir permis à KSP de réaliser son trombinoscope au début de la saison 2002 et de conserver ainsi la mémoire des jeunes pilotes amenés à marquer de leur empreinte le sport auto d'aujourd'hui. KSP conserve toutes ses archives, consultables en ligne sur www.ksp-photo-agency.com, où l'on retrouve les photos karting de pilotes F1 actuels comme Jean-Eric Vergne, Romain Grosjean ou Charles Pic, un autre pilote formé par le Jana Racing de Nicolas Moni, aussi bien que des images de Lewis Hamilton ou Nico Rosberg. Des documents irremplaçables qui s'ajoutent à ceux des jeunes espoirs dont le destin sportif est en train de s'écrire.

 

Jules est par ailleurs un supporter de longue date de la Fondation Julie Tonelli pour l'Enfance qui a consacré sur son site plusieurs articles à cette bonne nouvelle. 

 

"Jules... full gas, nous sommes tous avec toi !"

 

jules-gg.png 

 

 

Info Kartcom / © Photo KSP

reno.png
Renaud Derlot 
 
Lorsque l'on parle de Jean-Eric Vergne, on évoque très souvent Renaud Derlot. Renaud m'a présenté JEV en campus, je les ai retrouvé ce samedi en F1. 
Que s'est-il passé entre temps?
Une aventure extraordinaire que j'ai pu suivre très souvent de l'intérieur. Lorsqu'on est papa d'un pilote de karting, tout ce que l'on peut imaginer du sport auto est faux.
La carrière d'un pilote est d'une complexité déconcertante. jEV comme Jules et des dizaines d'autres pilotes, a fait parti dès le début des espoirs du sport automobile français. Mais, pour concrétiser, il faut un des années de travail et de réflexion.
Renaud a permis à JEV d'arriver en F1. Son papa me l'a confirmé à Barcelone, il accordé une confiance sans faille à Renaud.
Les conditions idéales pour établir des règles de travail et de vie indispensables à la réussite.
Jean-Marie, le papa de JEV me disait  que son fils ne doutait pas de Renaud, alors qu'il aurait pu remettre en cause ses directives dans les moments difficiles. 

C'est fondamental, Renaud est une des meilleurs pilotes français, il maîtrise la parti technique du sport auto. Ce n'est suffisant pour arriver en F1. Il faut une analyse permanente de la situation et de la progression psychologique de JEV. Chaque étape franchie amène des problèmes nouveaux à résoudre. Il faut être sur le terrain en permanence pour ne pas être décroché. L'apprentissage a été commun car Renaud a égalent découvert la F1.
La F1 c'est mille fois plus compliqué que tout ce qu'on peut imaginer....
 
Gérard Tonelli 
 
jev.png JEV très concentré: il a roulé de 9H à 13H et de 14H à 17H.
 reno-gg.png
 Reno-GG
 
jev5.png 
 
reno-elodie-sophie.png
 Elodie-Reno-Sophie
jev4.png reno-parents-jev.png
Reno et les parents de JEV 
tr.png 
jules-cast.png
 Jules Bianchi pilote F1 chez Marussia  
 
Il y aura bien quatre pilotes français en 2013. Jules Bianchi a été engagé par Marussia pour remplacer Luiz Razia, dont les sponsors n'ont pu fournir le financement.

Jules Bianchi va disputer son premier Grand Prix dans deux semaines en Australie. (L'Equipe)

Jules Bianchi va disputer son premier Grand Prix dans deux semaines en Australie. (L'Equipe)

Ecarté de la course au second volant chez Force India,
 Jules Bianchi va finalement trouver refuge chez Marussia cette saison, 
l'écurie russe l'a confirmé vendredi soir.Le Français profite des malheurs du Brésilien Luiz Razia, qui avait été embauché au début du mois mais dont les sponsors n'ont pas honoré leurs engagements.
Le Niçois sera donc bien le quatrième Français en 2013, aux côtés de Romain Grosjean (Lotus), Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) et Charles Pic (Caterham), et la France aura autant de représentants que l'Allemagne (Sebastian Vettel, Adrian Sutil, Nico Rosberg et Nico Hülkenberg) et la Grande-Bretagne (Lewis Hamilton, Jenson Button, Paul di Resta et Max Chilton). Pour rappel, en 2011, il n'y avait aucun pilote tricolore sur la grille...
Bianchi débutera au volant de la MR02 dès samedi, lors de la troisième journée d'essais à Barcelone, et sera encore au volant dimanche matin, avant de laisser la place à son nouveau coéquipier, l'Anglais Max Chilton. Le Français, tout comme Razia avant lui, devra apporter des financements, mais il bénéficie aussi du soutien de Ferrari, dont il est membre de l'académie de jeunes pilotes. Le constructeur italien a ainsi peut-être négocié avec l'écurie russe pour lui fournir un nouveau moteur V6 turbo à moindre coût en 2014.«Piloter en F1 dès cette année a été mon objectif durant tout l'hiver et je suis très excité d'avoir l'opportunité de démontrer que je suis prêt.»«Je suis ravi d'avoir été engagé par Marussia F1 Team cette saison, a commenté le Français.Piloter en F1 dès cette année a été mon objectif durant tout l'hiver et je suis très excité d'avoir l'opportunité de démontrer que je suis prêt pour ce nouveau pas dans ma carrière. Je suis très reconnaissant envers la Ferrari Driver Academy qui m'a toujours soutenu et m'a permis de mûrir afin d'être parfaitement préparé pour ce nouveau défi. Les deux prochaines semaines de préparation vont être très occupées, mais je suis prêt à monter dès demain (samedi)dans la MR02.»

 
 

Photo : Keep pushing ! :)
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
jev-jul.png 
 
jev.png
Jean-Eric Vergne a terminé la semaine d’essais à Barcelone ne se hissant en troisième position du classement derrière les deux britanniques Lewis Hamilton et Jenson Button. Une journée positive pour le français au volant de sa Toro Rosso.
"Ce fut de nouveau une journée très productive même sous la pluie. Nous avions beaucoup de choses à tester en particulier sur le plan aérodynamique et j’ai le sentiment que nous avons obtenu de bonnes réponses."
"Il m’a été très utile d’utiliser des gommes extrêmes pluie et intermédiaires et j’ai pu ainsi me rendre compte de leur véritable comportement malgré des condition de piste froides..." a déclaré Jean-Eric Vergne. 
 
 
JEV : « Hello. Nous avons effectué une journée d’essais intéressante, sur une piste qui est plus exigeante que celle de Jerez et qui permet d’avoir un meilleur aperçu des capacités de notre voiture.
Nous avons bouclé beaucoup de tours et fait du bon boulot. Je suis donc vraiment satisfait. Tout ce que nous avons essayé nous donne plus de matière pour pouvoir avancer, ensuite viendra le temps de peaufiner les réglages afin d’avoir le meilleur équilibre possible pour tirer la quintessence de l’auto.
La voiture affiche un potentiel excellent, que nous commencerons à exploiter aux prochains essais.
A demain. »
 
 
jules.png 
 Jules Bianchi
 
Jules Bianchi et Adrian Sutil vont se mesurer au volant de la même monoplace Sahara Force India.
On se souvient qu'en 2000, Williams évaluait Jenson Button par rapport à Bruno Junqueira, et en 2005 Nick Heidfeld contre Antonio Pizzonia.
La situation est un peu différente en 2013, car les constructeurs et autres partenaires financiers jouent un grand rôle dans l'attribution des places.

Le très informé et expérimenté Jean-Louis Moncet se dit « préoccupé » pour Jules Bianchi car le jeune pilote n'a « pas de budget » à apporter à l'équipe de Silverstone.
Dans son blog sur Auto Plus, le journaliste français cite une source affirmant : « Pour 2014, Jules est assuré de piloter chez Force India. Mais pour 2013, c’est une autre histoire car Force India lorgne sur les budgets de Sutil ou de Karthikeyan… à moins que Ferrari participe financièrement à la saison de Jules ».
Pour Auto Motor und Sport, le lien de Sutil avec Mercedes, qui motorise l'équipe Sahara Force India, pourrait être un facteur primordial en faveur du pilote allemand.
Michael Schmidt rapporte que c'est bien le moteur V6 de 2014 qui est au coeur de la négociation.
Fournisseur actuel, Mercedes proposerait son moteur pour 21 millions d'Euros par saison, tandis que Ferrari ne demanderait que 17 millions.
Une nouvelle rumeur dans les paddocks de Barcelone suggère que Mercedes pourrait inclure ses boîtes de vitesses dans la balance, ce qui ferait le jeu d'Adrian Sutil.
 
 
4e temps au volant de la Force India toute la journée à Barcelone, Jules Bianchi espère avoir marqué des points dans l’attribution du deuxième volant de l’équipe indienne.
Un dernier test pour séduire. Une 4e place pour terminer la semaine des essais à Barcelone. Comme Adrian Sutil, son concurrent pour un volant la saison prochaine, Jules Bianchi a eu le droit à une journée d’essais pour tenter de convaincre une ultime fois ses dirigeants (il occupait le poste de troisième pilote en 2012). Le Français n’a pas eu la tâche facile car les conditions de roulage n’ont pas été très favorables en raison de la pluie dans l’après-midi après une averse matinale.
Entre les nombreuses sorties de piste (Massa, Van der Garde, Gutierrez et Vergne), qui ont provoqué plusieurs interruptions, le jeune Français est parvenu à signer le 4e temps en 1’25’’732, à 2’’450 de Lewis Hamilton sur la McLaren, en bouclant 61 tours sans commettre la moindre faute notable. Sutil, lui, avait pu en couvrir 78 vingt-quatre heures auparavant avec un meilleur temps en 1’22’’877.  Les dirigeants de l’équipe indienne ont désormais tous les éléments entre les mains pour faire leur choix entre les deux prétendants.  
22-02-13 
Rapport de Barcelone
Journée humide à Barcelone aujourd'hui alors que Sahara Force India terminait ses essais avec Jules Bianchi au volant de la VJM06. 
Chassis: VJM06-03 
Tours: 61 tours 
Kilométrage: 284 km 
Meilleur tour : 1:25.732 
Classement : P4 sur 12 
Jules Bianchi : “C'était bon de retrouver l'équipe aujourd'hui et d'avoir un apercu de la voiture dans ces conditions, une piste partiellement mouillée. C'est une expérience très utile pour moi. Nous avons fait la plupart de nos relais sur le sec ce matin puis nous avons fait des tests aéro cet après-midi quand la piste était mouillée. Nous n'avons pas pu faire de longs relais comme prévu car la piste était trop humide, mais nous avons pu étudier de nombreuses choses malgrè tout. 
Jakob Andreasen, Ingénieur en chef
“La météo mitigée nous a compliqué la tâche aujourd'hui mais il était utile de faire rouler Jules en pneus pour le sec, les intermédiaires et en pneus pluie. La piste évoluait constamment, il était donc difficile de faire des comparaisons entre les relais. Par ailleurs les faibles températures (environ 6 degrès) ne sont pas représentatives des prochaines courses. Malgré tout, Jules a fait une nouvelle fois du bon travail et a pu pousser malgré la piste humide. Nous partons satisfaits de nos niveaux de fiabilité et de performance et savons ce que nous devons faire pour être prêt pour Melbourne. ” 
Source : Sahara Force India 
 
 
Vendredi (Toile F1)
 

 Catalunya - Essais privés - vendredi 22 février
#Pilote / EcurieToursTemps
01
45
1:23.282
02511:23.633
03591:24.071
04371:25.732
05691:26.239
06341:27.429
07531:27.553
08501:27.616
09321:29.902
10251:34.800
11231 :
classement à 15h30
 
nogaro2.png
 

Nogaro: lundi 11 et Mardi 12 février 2013. Ferrari 458 Sofrev ASP:

 

Retour sur un circuit pour le papa de Julie avec Fabien Barthez et Jérôme Policand. Il ne pouvait en être autrement. Après un an et demi de farniente, cocktail détonnant avec une première journée pluie pour découvrir la Ferrari 458. Surprise, ce n'est pas aussi facile que je le pensais. En fait Olivier Panis et Eric Debard m'avaient dit: tu verras la 458, c'est un vélo par rapport à la SLS. 

Oui, mais sur une  piste sèche, parce que sous la pluie, c'est très fin. Le traction-control est inexistant.

Le mardi, c'est pneus pluie le matin et clicks l'après midi. Un programme idéal pour se découvrir une nouvelle auto.

 

Morgan Moullin-Traffort nous a rejoint le mardi, ce qui nous a permis de travailler dans les meilleures conditions.

 

Gérard Tonelli papa de Julie. 

 

Programme 2013:

Fabien Barthez et Morgan Moullin-Traffort GT Tour.

Gérard Tonelli et Fabien Barthez : FIA GT Series Nogaro et Blancpain Endurance Series Le Castellet 
 
nogaro.png
 
 
nogaro1.png Baptème pour Laurent Blanc avec Son pote Fabien Barthez
 
 
nogaro3.png Laurent Balnc soulagé et heureux après les 3 tours avec Fabien sur une piste détrempée.
 
 Endurence infos:
 
Une fois de plus, le team SOFREV-ASP aura un double programme cette saison avec deux Ferrari 458 Italia alignées en Blancpain Endurance Series et deux en GT Tour. On connaissait déjà un des deux équipages en Championnat de France GT avec Jean-Luc Beaubelique et Soheil Ayari. De quoi s'assurer les positions de tête ! La seconde auto devrait une nouvelle fois être partagée par Fabien Barthez et Morgan Moullin-Traffort. Le tandem a brillé la saison passée sur la scène nationale avec notamment une belle victoire décrochée en terre ibérique à Navarra.
 
Les équipages en Blancpain Endurance Series sont aussi bouclés. On y retrouvera un trio de choc en Gentlemen Trophy avec Jean-Luc Beaubelique, Patrice Goueslard et Jean-Luc Blanchemain. La paire Beaubelique/Goueslard était déjà associée l'année passée dans le championnat Blancpain. Quant à Jean-Luc Blanchemain, il fait son retour sur un programme complet. L'objectif est clair : le titre ! Pour les 24 Heures de Spa, Fabien Barthez devrait être le quatrième homme. Sur la seconde Ferrari, Jérôme Policand fera cause commune en Pro-Am Cup avec Maurice Ricci et Gabriel Balthazard, soit le trio vu en 2012.
 
En parallèle, le team SOFREV-ASP prendra part au premier meeting FIA GT Series à l'occasion des Coupes de Pâques à Nogaro. Les deux Ferrari seront en piste. Jean-Luc Beaubelique sera de la partie aux côtés de Soheil Ayari. Le deuxième équipage devrait être composé de Fabien Barthez et Gérard Tonelli.
 
Laurent Mercier 

jev2.png

 La Scuderia Toro Rosso a présenté sa nouvelle monture, la STR8, ce mardi 4 février, sur le circuit de Jerez de la Frontera, à la veille des premiers essais de la saison.
Avec un duo de pilotes inchangé, la huitième monoplace de l’équipe Italienne est la première du département technique récemment renforcé. Elle a en effet été conçue par l’équipe du design de Luca Furbatto, qui a rejoint la scuderia il y a tout juste un an, sous la houlette du nouveau directeur technique James Key, arrivé chez Toro Rosso en septembre dernier.
« Par rapport à l’année dernière, où je découvrais tout, débuter cette saison est quelque chose de totalement différent » explique Jean-Eric Vergne. « La saison dernière, il fallait apprendre la plupart des circuits, assimiler le monde de la F1 et trouver le mode de fonctionnement avec l’équipe Toro Rosso. Cette année, j’ai encore beaucoup à apprendre, l’apprentissage ne s’arrête jamais en F1, mais les bases sont là et je vais pouvoir me focaliser sur d’autres aspects du job. »
« Il y a de nombreux changements au sein de l’équipe. Personnellement je vais travailler avec un nouvel ingénieur. Je pense que nous allons avoir besoin d’un temps d’adaptation pour apprendre à évoluer ensemble, mais c’est un important pas en avant pour moi. Il vient d’une équipe championne du monde. Il va apporter une nouvelle approche, ce qui est une bonne chose. »
« En général, je sens une nouvelle façon de faire. Je n’irais pas jusqu’à dire que les gens travaillent plus, mais peut-être qu’ils le font d’une meilleure manière et tout le monde a bossé très dur depuis la fin de la saison dernière afin d’atteindre nos objectifs. »
« Mes priorités pour la saison à venir ? La première est d’inscrire le plus de points possible. Ensuite, comme tous les pilotes, je veux devancer mon équipier. J’ai appris beaucoup grâce à lui l’année dernière, mais je sens que cette saison je suis prêt pour faire mieux et prendre l’ascendant. »

 

jev1.png

 

 

jev5.png

 

 

 olive-besse.png

Olivier et Aurélien Panis au Trophée Andros à Super Besse avec le papillon de Julie 

 

 RESULTATS.CLIC... 

 

Aurélien Panis sur le Podium et recordman du tour !
Aurélien Panis s’est fait remarquer ce week-end lors de la finale du Trophée Andros Electrique en réussissant l’exploit de monter sur la 3èmemarche du Podium et d’afficher le meilleur temps au tour lors de sa course sur le circuit de Super Besse.
 
Retenu pas ses études d’ingénieurs, le grenoblois de 18 ans n’avait pu s’inscrire à la totalité de la saison du Trophée Andros Electrique. Néanmoins il réussit à répondre présent aux deux invitations de Max Mamers pour l’épreuve de Lans en Vercors et de celle de ce samedi à Super Besse.
 
Contrairement à la majorité des pilotes présents à ses côtés, Aurélien découvrait le circuit pour la première fois samedi matin au volant de sa voiture électrique aux couleurs d’ERDF.  En se qualifiant respectivement 3ème et 4ème lors des deux manches qualificatives, Aurélien prenait le départ de la course le soir même en 5ème position sur la grille du circuit de glace de Super Besse. Dès le départ, il prouva qu’il était capable de se battre aux avant-postes et dépassa Margot Laffite dès le 1er tour. Profitant du “non” départ de Louis Gervoson, il se retrouve alors 3ème dès le second tour juste derrière Christophe Ferrier, le vainqueur de la saison passée. A partir de cet instant, Aurélien n’a eu de cesse jusqu’à l’arrivée de partir à l’attaque du pilote aux couleurs NICE COTE D’AZUR qui réussit, non sans efforts, à lui résister. Son habileté et sa dextérité ont permis à Aurélien d’afficher le record du tour ne laissant à ses poursuivants, pourtant bien plus expérimentés , aucune chance de le passer. C’est donc une magnifique 3ème place qu’Aurélien a décroché sous le regard admiratif de l’ensemble du paddock.
 
Aurélien Panis : “Je me suis régalé ! Même si je découvrais cette piste et malgré des conditions météo difficiles avec beaucoup de vent et une visibilité réduite, j’ai pris du plaisir non-stop en qualifs et en course. La course était très excitante, j’étais vraiment déterminé à me battre et monter sur le podium est une belle récompense. Je remercie vivement Max Mamers de m’avoir offert cette opportunité de participer à deux épreuves qui n’a fait que renforcer mon envie de disputer une saison entière ! ” 

 

olive-lans.png

 Olivier Panis Trophée Andros Saint Die Les Vosges avec le papillon de Julie

olive-lans1.png RESULTATS.CLIC...

oliveandore.png

Olivier et Aurélien Panis au Trophée Andros Lans en Vercors avec le papillon de Julie 

 

RESULTATS.CLIC... 

 

aurelien.png 

oliveandore.png

Olivier Panis au Trophée Andros à Isola 2000 avec le papillon de Julie 

 

 RESULTATS.CLIC...