podium-oschers.png

Carton plien pour Kévin Estre Carrera Cup Allemande Oschersleben avec le papillon de Julie 

 

RESULTATS.CLIC... 

 

-Qualifs 1 et 2 Kévin P1:) 

-Course 1 Kévin P1.Clic...

-Course2 Victoire de Kévin.Clic... 

 kev1oscher.png

 kev2oscher.png

kev-oschp1.png

 Kévin Estre victoire course 1 et 2

Kévin en tête du championnat. Clic... 

 

-Site Kévin .Clic...

jules-jev350.png

 JEV confirmé chez Toro Rosso en 2014

Qui pour épauler Vergne chez Toro Rosso en 2014 ?
Jean-Eric Vergne pilotera pour l'écurie Toro Rosso en 2014 mais le nom du remplaçant de Daniel Ricciardo n'a pas encore été divulgué et rien ne presse du côté de l'équipe de Faenza. Pourtant, même si les rumeurs ne font pas les gros titres comme pour le baquet de Webber, les prétendants ne manquent pas pour remplacer Ricciardo.
Alors que Daniel Ricciardo a été confirmé aux côtés de Vettel chez Red Bull en 2014, Jean-Eric Vergne a quant à lui été confirmé au sein de l'écurie Toro Rosso pour une troisième saison consécutive.
Le Français a été confirmé au sein de l'écurie italienne pour 2014 par Helmut Marko au micro de Servus TV : « Jean-Eric va avoir une autre opportunité l'année prochaine avec Toro Rosso. Il est un peu plus jeune [que Ricciardo] - il a juste besoin d'être patient. »
La logique voudrait que Red Bull choisisse l'un des membres de son programme pour les jeunes pilotes et le plus expérimenté, Antonio Felix da Costa en l'occurrence. Le pilote portugais - actuel 5ème du championnat de Formule Renault 3.5 loin des deux pilotes couvés par McLaren, Kevin Magnussen et Stoffel Vandoorne - sait que c'est à lui de montrer qu'il mérite ce baquet.
« Maintenant, nous savons que l'opportunité est officiellement présent et tout dépend de mes résultats en World Series [by Renault]. Cela n'affecte pas ma concentration. C'est de la pression supplémentaire, mais peut-être que nous pouvons la prendre et la retourner en pression positive. Je ne peux pas me dire 'les gens parlent toujours de la F1, et si je n'y arrivais pas ?'. La manière dont je dois penser est que si les gens parlent de moi en F1, c'est parce que je suis un bon pilote. Je sais que si je réalise une bonne saison, le reste viendra. C'est la manière dont je dois voir les choses, » a confié Antonio Felix da Costa à Autosport.
En tout cas, il semble peu probable que Sébastien Buemi se voit offrir une deuxième chance par Red Bull. Le pilote suisse espère revenir un jour en F1 mais comme il l'a confié à Totalrace, il sait que ce ne sera pas évident : « Les portes sont encore ouvertes mais de nos jours, c'est très difficile à cause de la situation financière. Ce n'est pas facile lorsque [les équipes] cherchent [des pilotes avec] de l'argent. Mon objectif est de revenir en Formule 1, bien évidemment. Mais je suis content d'être là [avec Toyota]. C'est une superbe voiture, nous sommes aux avant-postes, et je fais de mon mieux pour réussir. Je suis content de la situation chez Toyota et de ce que je fais avec Red Bull, donc pourquoi ne pas poursuivre ainsi une année de plus ? »
Outre Felix da Costa et Buemi, Red Bull pourrait aussi décider d'offrir le baquet laissé vacant par Ricciardo à Carlos Sainz Jr même si l'Espagnol semble encore trop inexpérimenté pour débuter en F1. Une autre possibilité mène également au Brésilien Felipe Nasr qui avec l'aide de ses sponsors - Banco do Brasil, OGX et Sky Brésil - pourrait décrocher ce baquet même si cela fait plusieurs saisons que l'équipe n'a pas fait rouler un pilote ne faisant pas partie de la filière Red Bull.
Dans tous les cas du côté de Toro Rosso, rien ne presse pour annoncer le nom du remplaçant de l'Australien comme l'a confié Franz Tost, le directeur de l'écurie italienne : « En ce qui concerne qui remplacera Daniel chez Toro Rosso en 2014, nous allons étudier toutes nos options et prendre une décision ultérieurement, car il n'y a pas besoin de se presser. » 
 jev-spa-papillon.png
 
Essais Qualifs:
JEV
Le travail effectué vendredi par Jean-Eric Vergne et ses ingénieurs a porté ses fruits samedi lors des qualifications du Grand Prix d’Italie, à Monza. Après avoir signé le 11e chrono de la troisième séance d’essais libres, JEV s’est illustré en se hissant pour la troisième fois de la saison en Q3. Le Français, à bord d’une Toro Rosso performante, s’élancera de la 5e ligne dimanche à 14h00, avec l’objectif de marquer de gros points lors du dernier Grand Prix Européen de la saison.
 
« Je tiens avant tout à remercier l’équipe pour l’énorme travail effectué afin de me préparer une monoplace aussi compétitive cet après-midi. Ce n’était pas évident hier et tous les efforts ont payé aujourd’hui lors de la troisième séance d’essais libres et en qualifications. »
 
« J’ai poussé jusqu’à la limite lors de mon ultime tentative en Q3 et je suis sorti un peu large avec un passage par le gravier dans la Parabolica. C’est dommage, mais je suis satisfait de cette 10e place. Il se peut qu’il pleuve demain et cela pourrait rendre les choses intéressantes. En partant 10e, nous devons viser de gros points, ce qui est réaliste. » 
 
 
-Essais libres vendredi
JEV
Le soleil brille à Monza, pour le dernier rendez-vous Européen de la saison de Formule 1. A bord d’une monoplace peu chargée en appuis aérodynamiques, Jean-Eric Vergne a terminé la première séance au 10e rang et la deuxième au 15e. 
 
« La voiture a bien fonctionné ce matin, mais nous n’étions pas compétitifs lors de la deuxième séance » explique Jean-Eric. « Que ce soit durant les relais courts ou les relais longs, l’équilibre général de la voiture ne me convenait pas, même si cet après-midi le comportement était un peu mieux sur les longs. »
 
« Globalement, j’ai souffert d’un manque de grip que je n’arrive pas à expliquer pour l’instant. Je reste néanmoins confiant, nous allons comprendre et progresser afin de réaliser un bon week-end à domicile. » 
 
Jules
La première journée du Grand Prix de Monza s’est déroulée aujourd’hui sur l’Autodromo Nazionale Monza, près de Milan. 
C’était une journée classique aujourd’hui avec Rodolfo Gonzales qui a remplacé Jules Bianchi ce matin lors des premiers essais libres comme c’était prévu. Jules a retrouvé son baquet cet après-midi, pour terminer en 22ème position. 
Jules Bianchi #22: « C’était frustrant pour moi aujourd’hui car j’avais beaucoup à faire en une seule séance, j’ai donc poussé fort mais cela m’a fait faire quelques petites fautes. Nous avons pu boucler le programme prévu mais j’ai perdu en constance. Je peux faire bien mieux et il y a plus de performance dans la voiture également. Il a fait très chaud aujourd’hui mais il est possible que le temps change. J’espère que nous allons rattraper le temps perdu ce soir afin d’avoir une journée plus fluide demain. » 
John Booth: « C’était une journée positive pour l’équipe, nous avons terminé nos programmes. Ce matin, nous avons travaillé sur l’aéro et la définition du setup pour cette piste si particulière. Cet après-midi, Jules était de retour et il a travaillé sur les pneus et l’évaluation des longs runs. Nous sommes assez satisfaits, mais il est difficile de faire des comparaisons avec les autres. Nous aurons une meilleure indication de notre niveau demain. » 
Source : Marussia F1 Team  
 
jules-silv2.png 
Jules Bianchi:04-09-13 
Monza
Cette semaine se déroule la dernière manche européenne de la saison 2013 de Formule Un sur le mythique tracé de Monza, près de Milan en Italie. 
« La Pista Magica », comme l’appellent les italiens, a une longueur de 5,793kms et 11 virages : 7 à droite et 4 à gauche. La piste accueille la F1 depuis 195 ce qui en dit long sur l’héritage et le respect qu’impose Monza à la communauté de la Formule 1. 
Jules Bianchi, #22: « Ma première course à Monza au volant d’une Formule 1 va certainement être un grand moment de ma première saison. J’ai bien sûr roulé ici en essais libres l’année dernière ainsi que dans d’autres catégories, je sais donc à quel point cette piste est particulière. De plus, l’atmosphère, les fans, et l’histoire de Monza rendent vraiment le week-end fantastique. J’ai une bonne relation avec les fans, et cette année leur soutien sera important. Nous avons eu une séance de qualifications très positive à Spa avec Marussia F1 Team ce qui nous a donné un « coup de boost », mais le dimanche nous a montré qu’il était difficile de tirer partie des opportunités que nous nous créons. Les dernières courses seront compliquées pour nous, mais nous savons ce que nous avons à faire et nous donnons le maximum en coulisses pour exploiter au mieux notre matériel. » 
John Booth, Team Principa Marussia F1 Team :« Notre performance en qualifications à Spa a donné à l’équipe une grande joie et nous a rappelé de quoi nous sommes capables quand de telles opportunités se présentent. Nous travaillons dur, il y a beaucoup d’activité à l’usine pour extraire le meilleur de notre package. Nous sommes confiants de pouvoir exploiter des circonstances positives, ce qui peut changer beaucoup de choses pour nous sur les dernières courses. Nous avons quelques développement mécaniques pour Monza. Ce circuit est un classique de la F1 et c’est donc sans surprise que nous avons un grand nombre d’invités avec nous ce week-end. » 
Source : Marussia F1 Team
 
 jules-spa.png
 
 
Jules continue de progresser, nous le suivons (Stephano Domenicati)

2014 se prépare actuellement. Vous avez tout fait pour que Jules Bianchi fasse ses gammes cette année chez Marussia. A-t-il réellement une chance d’intégrer la Scuderia un jour ?
Nous avons fondé la Ferrari Driver Academy en 2010. La philosophie est de permettre à certains pilotes de transformer leur rêve en réalité. Exactement comme Enzo Ferrari l’a fait en fondant la marque. Notre objectif est donc de trouver LE vrai bon pilote dont nous avons besoin. Il n’est pas question de devenir un simple bureau de gestion de carrière de pilotes. Ce n’est pas notre rôle et cela ne nous intéresse pas. Jules continue de progresser, nous le suivons et j’espère qu’il sera le premier à accomplir ce rêve.

Quand ? L’année prochaine, d’ici deux ans ?

Nous devons rester réalistes. Représenter Ferrari est déjà lourd à porter pour un jeune pilote. Nous ne voulons pas lui rajouter de la pression en lui fixant une échéance. Mais il connaît notre objectif et il sait parfaitement où nous voulons aller. Lorsque ce sera le bon moment, nous l’attendrons.
 
Fri 06 September 2013
Practice 110:00 - 11:30
Practice 214:00 - 15:30
Sat 07 September 2013
Practice 311:00 - 12:00
Qualifying14:00
Sun 08 September 2013
Race14:00

jev-reno.png
 
 Interview JEV:sans Red Bul, je ne serais pas en F1!
 
On aurait pu s’attendre à ce qu’il soit un peu abattu après la décision de Red Bull de retenir son équipier Daniel Ricciardo pour 2014. Tout le contraire. C’est un Jean-Eric Vergne débordant d’optimisme qui s’est longuement entretenu, cet après-midi à Monza, avec la presse francophone pour faire part de son sentiment suite au choix de Red Bull. F1i était bien entendu présent pour vous rapporter les réactions du pilote tricolore, comme si vous y étiez.
C’est donc Daniel Ricciardo qui épaulera Sebastian Vettel l’an prochain. Vous devez être satisfait puisque vous aviez dit il y a quelques semaines que vous préféreriez voir votre équipier être promu chez Red Bull plutôt que Kimi Räikkönen si vous n’étiez pas choisi.
"Je pense que c’était assez clair depuis un certain qu’entre lui et moi, la décision était faite. Après, c’est une très bonne chose que Red Bull ait pris l’un de nous deux. Cela a tout son sens. Nous faisons tous deux partie de la filière Red Bull et je pense que le choix de Red Bull de le prendre est tout à fait sensé."
Sensé… mais il ne vous devance pourtant pas au classement général, comme l’an dernier...
"Oui... mais seulement d’un petit point ! Très sincèrement, je pense qu’ils ne se basent pas là-dessus. Daniel a été meilleur que moi dans certains domaines qui sont visiblement importants à leurs yeux. Ce sont des domaines dans lesquels je me suis amélioré et je continue encore à m’améliorer. J’ai eu pas mal de malchance cette année. Maintenant, il faut également voir le positif."
"Je vais disputer une autre saison chez Toro Rosso. Cela va me permettre d’apprendre sans trop de pression en étant numéro un au sein de l’équipe. En outre, nous allons tous avoir une nouvelle voiture en 2014. Cela va donc être une année très intéressante pour moi durant laquelle je vais encore apprendre énormément de choses."
Les responsables de Red Bull vous ont-ils expliqué leur choix ?
"C’est un choix logique. Daniel a plus d’expérience que moi, et cela compte énormément à leurs yeux car c’est une équipe qui a remporté plusieurs titres et il est important d’inscrire des points dans l’optique du championnat. Daniel a aussi fait du meilleur boulot que moi en qualifications. Après, en course, c’est une chose différente."
"Je ne vais pas aller voir Red Bull en leur arrachant les mots de la bouche pour savoir pourquoi ils ne m’ont pas pris. Je pense qu’ils avaient leurs raisons. Je crois que nous sommes extrêmement proches l’un de l’autre en termes de préparation. Dès lors, le fait qu’il soit pris par une équipe triple Championne du monde montre intrinsèquement mon niveau."
Juste pour que cela soit clair, votre place chez Toro Rosso pour 2014 est-elle bel et bien assurée ?
"Oui. Je serai chez Toro Rosso l’an prochain."
La saison 2014 offre une bonne opportunité à Toro Rosso d’effectuer un bon dans la hiérarchie.
"Effectivement, on va certainement monter d’un cran. James Key (le directeur technique, ndlr), qui est arrivé la saison dernière en cours d’année, n’a pas vraiment pu apporter sa touche sur la voiture de cette année. L’an prochain, nous aurons une voiture 100% James Key et le moteur Renault. Je pense que le travail que nous allons réaliser avec les gens de chez Renault va être extrêmement important et qu’il va nous apporter énormément. Après, James Key et le moteur Renault ne sont pas les seuls facteurs. Il y a aussi beaucoup de personnes qui travaillent dans l’ombre au sein de l’équipe et qui sont extrêmement importantes. Mais, oui, il s’agit de deux des principaux facteurs de progrès. Je crois qu’il y a donc beaucoup de croix dans la colonne positive pour 2014."
Est-ce que le fait que votre équipier ait été promu vous amène à reconsidérer la suite de votre carrière en Formule 1 ?
"Pour l’instant, il est un peu tôt pour considérer comment je vois la suite de ma carrière en F1. Si demain j’avais le choix d’aller dans une autre écurie que Toro Rosso, je pense que je resterais ici car je crois que nous avons réellement de bonnes chances de disposer d’une voiture performante l’an prochain. Certes, nous n’aurons pas une auto pour nous battre constamment pour des podiums, mais rester chez Toro Rosso va me permettre de continuer à apprendre au volant d’une voiture qui sera encore meilleure. Cela me permettra aussi d’être le numéro un de l’équipe et d’endosser le rôle du pilote qui va mener cette écurie vers le haut."
Pouvez-vous nous expliquer l’apport de Red Bull dans votre carrière ?
"C’est une question à la fois difficile et simple. Simple dans le sens où sans Red Bull, je n’aurais jamais pu courir en Formule Renault 2.0 car je n’avais pas les moyens. Ils ont mis en place tout ce qu’il y avait de mieux pour moi ainsi qu’une bonne équipe pour m’accompagner. Ils ont également veillé à me mettre la bonne pression, la pression qui était nécessaire pour me préparer un jour à être en F1. Donc, sans Red Bull, c’est une certitude que je ne serai pas en Formule 1 aujourd’hui. Ils m’ont tout apporté."
 
 
Infos:photos: fan-F1, RedBulls Medias,Marussia  eurosport

2013_vdev_zollinger_motorland.png

 Magnifique victoire de la Norma M20FC du trio Zollinger/Mondolot/Fargier

 

motorland_zollinger4.png Kosma team manager de Palmyr: compétence, humilité et gentillesse.

 

David Zollinger anime les pelotons du championnat VdeV depuis bien longtemps. Vice-champion de la discipline en 2006 (Sprint 2.0 litres), le natif de Pontarlier a remporté un titre chaque année, excepté la saison dernière où il est reparti avec la place de vice-champion. On ne change pas un équipage si bien que David Zollinger fait à nouveau équipe avec Philippe Mondolot dans le baquet de la Norma M 20 FC alignée par Equipe Palmyr. Grégory Fargier fait lui aussi partie de l'aventure. Le trio s'est replacé dans la course au titre (9,5 points de retard) avec une victoire décrochée de main de maître à Motorland Aragon. Si cette année Philippe Mondolot disputait ses premières 24 Heures du Mans sans son compère David Zollinger, il n'est pas exclu de voir le tandem à l'avenir dans la Sarthe avec Equipe Palmyr de Kosma Zarazik, David ayant pris part à l'épreuve en 2010 sur une Courage du Pegasus Racing. En parallèle à sa belle carrière de pilote, David Zollinger fait du coaching de pilotes via Coaching Driving Koncept. Avec ce succès à Motorland Aragon, l'équipage de la Norma #40 peut à nouveau nourrir de grandes ambitions de titre à deux meetings de la fin de saison.
 Laurent Mercier : Satisfait de ce meeting espagnol ?
David Zollinger : « Difficile de ne pas l'être. Le week-end s'est parfaitement terminé avec cette belle victoire. Avec un week-end sur deux jours, le roulage a été assez rapproché. Comme à son habitude, Philippe a parfaitement roulé tout comme Grégory qui nous avait qualifié l'auto sur la deuxième ligne. Le circuit de Motorland Aragon est vraiment sympa sur le plan du pilotage avec beaucoup de dénivelés. Les infrastructures sont elles aussi d'un haut standing. L'équipe a parfaitement géré la course de 12 heures. Depuis le début, nous avons la même philosophie du travail bien fait. Je roule avec Philippe depuis maintenant cinq ans et il n'a jamais cassé le travail. »
 A quand le tandem Zollinger/Mondolot aux 24 Heures du Mans ?
« Bien entendu, nous aimerions passer à l'étape supérieure avec Philippe. Le but ultime est d'y aller avec Palmyr. Si on regarde les engagés du championnat VdeV Endurance Series, Pegasus Racing y est allé tout comme Extreme Limite. Cependant, nous avons bien conscience qu'il faut beaucoup de moyens. Palmyr s'est déjà bien diversifié et on ne veut pas aller au Mans pour ensuite mettre la clé sous la porte. Il faut bien faire attention à tout préparer minutieusement. Je pense que nous y arriverons dans les cinq à six années à venir. Il y a quelques années, nous avions failli aligner une Formula Le Mans mais les dates ne correspondaient pas avec le VdeV. »
 Au fil des saisons, tu t'es forgé un beau palmarès. Surpris ?
« J'ai la chance d'être allé plus loin que ce qui pouvait être prévisible. J'ai peut-être eu plus de passion que d'autres. Je ne peux pas me plaindre car je gagne ma vie avec le sport auto. Pour venir sur les meetings, je conduis le camion et je dors à l'intérieur au sein du paddock. Je vis avec les mécaniciens, ce qui donne une vraie complicité dans l'équipe. L'équipe travaille d'arrache pied pour nous donner une auto parfaite et c'est un juste retour des choses. J'ai eu la chance dans ma carrière de rouler dans beaucoup d'autos différentes mais mon objectif est de monter sur le podium aux 24 Heures du Mans. »
Tu vas aussi bientôt rouler en GT...« Je vais prendre part à la manche du Championnat de France GT de Lédenon sur une Ferrari 458 Italia GT3 du Team SOFREV-ASP en compagnie de Gérard Tonelli. Ce sera vraiment la première fois que je vais rouler dans une GT même si j'ai déjà connu une expérience ou deux, dont une avec Gérard. L'idée est de passer un bon moment avec lui mais aussi de faire du bon travail. »
Déjà des projets pour 2014 ?« Rempiler en VdeV Endurance Series. Pour le reste, il faudra voir selon les différentes opportunités qui se présenteront. Le coaching me prend beaucoup de temps tout au long de l'année. » Propos recueillis par Laurent Mercier

  

 

infos/photos:Endurance infos 

jules-jev-melbourne.png
Jean-Eric Vergne et Jules Bianchi F1 GP Belgique avec le papillon de Julie 
 
jev-reno.png 
Renaud Derlot-JEV 
 
jev-spa-papillon.png 

JEV

 

La course:

Parti 18e, Jean-Eric Vergne est remonté jusqu’à la douzième place du Grand Prix de Belgique, en affichant un rythme soutenu. Une crevaison lente empêche malheureusement le pilote Français d’aller cueillir un nouveau point cette saison.
« Je crois que nous aurions pu faire un peu mieux que cette douzième place, car mon rythme était bon avant mon dernier relais, où j’ai rapidement souffert d’une crevaison lente. Mon niveau de performance a donc diminué. »
« J’ai néanmoins réussi à prendre le meilleur sur Hulkenberg, avec un beau dépassement, mais je n’étais pas en mesure de revenir sur Perez. Puis mon équipier, chaussé de pneus neufs, m’a rattrapé. C’était donc compliqué pour moi d’être compétitif dans ce dernier relais. »
« C’est un peu un week-end à oublier car cela aurait pu se passer beaucoup mieux si nous n’avions pas fait une erreur en qualifications, mais au moins quand les choses vont bien nous avons constaté que nous avons retrouvé la vitesse qui nous faisait défaut avant la pause. »
Le prochain rendez-vous se déroulera en Italie, sur le circuit de Monza. Un rendez-vous à domicile où la Scuderia Toro Rosso voudra briller encore plus qu’ailleurs. 

 

Qualifs:dommage...

En terminant quatrième de la troisième séance d’essais libres, Jean-Eric Vergne pouvait se montrer optimiste au moment d’aborder les qualifications du Grand Prix de Belgique. Seulement, la pluie s’invitait sur le circuit de Spa-Francorchamps et transformait la séance en une loterie d’où l’équipe Toro Rosso ne sortait pas gagnante. Qualifié 18e, JEV vise néanmoins toujours les points, d’autant que les caprices de la météo devraient perdurer dimanche.
 
« Ce qui est arrivé aujourd’hui est simple à expliquer, c’est une erreur de l’équipe. C’est le genre de chose qui ne devrait pas se produire, mais tout le monde peut se tromper de temps en temps. »
 
« C’est assez frustrant car la voiture s’est avérée efficace depuis le début du week-end, nous avions les moyens de bien nous qualifier sur le sec comme sur le mouillé. Lorsque j’ai quitté la pitlane pour ma deuxième tentative, j’ai immédiatement vu qu’on était mal et j’ai également souffert du trafic, avec des voitures en pneus slicks autour de moi. »
 
« C’est clairement une occasion manquée car je pense que je pouvais viser le top 5 sur le sec et la voiture fonctionnait également très bien sur le mouillé. Ça va me prendre un peu de temps pour digérer cette déception, mais cela ne sert à rien d’être en colère et, me concernant, je crois toujours que je peux faire une belle course demain et viser les points. Nous devons apprendre de cet après-midi et nous assurer de ne plus reproduire ce genre d’erreurs. » 

 

Essais vendredi:

Avec une séance sur le mouillé et une sur le sec, ce vendredi à Spa-Francorchamps a été une journée idéale pour préparer le Grand Prix de Belgique. 13e le matin, 5e l’après-midi, Jean-Eric Vergne est en forme en cette rentrée et démarre ce week-end du bon pied.
 
« C’est très sympa d’être de retour au volant après la pause, surtout sur ce circuit fantastique » concède JEV. « Ce vendredi s’est très bien déroulé pour nous. Ce matin, les conditions n’étaient pas idéales car c’était trop humide pour les pneus slicks mais pas suffisamment mouillé pour les pneus sculptés. Nous avons néanmoins appris des choses qui pourraient nous être utiles pour la suite du week-end, même si les pneus ne sont jamais montés en température. »
 
« Nous avons ensuite effectué une bonne deuxième séance. La voiture s’est avérée très efficace sur un tour. Les longs relais sont un peu plus compliqués. Mais en fin de compte, je sens que nous avons une bonne voiture ce week-end, que ce soit sur le sec comme sur le mouillé. »
 
« C’est probablement mon meilleur vendredi à ce jour. Nous n’avons pas rencontré le moindre problème et la voiture semble très bien fonctionner. » 
 
 

 JEV prêt pour la reprise:

Jean-Eric, nous avons lu l’interview que tu as donné au journal L’Equipe juste avant la pause estivale. Peut-être que tu peux nous en dire plus sur la situation entre Toro Rosso, Red Bull et ton avenir ?
 
JEV : La situation est assez claire. Je n’ai pas grand-chose à dire. Il n’y a eu aucune déclaration officielle ni de la part de Red Bull Racing ni de Toro Rosso. Je suis heureux où je suis. J’essaye de me focaliser à 100% sur ma saison et toutes les courses qu’il reste à disputer. Par conséquent, je ne veux pas trop penser à l’année prochaine.
 
 
Il y a eu une déclaration de Franz Tost précisant que tu es assuré de ton avenir chez Toro Rosso. Cela signifie que tu n’as pas à t’inquiéter ?
 
JEV : Absolument, je ne me fais pas de soucis. Bien entendu, en tant que pilote, j’aimerai pouvoir disposer d’une monoplace me permettant de m’imposer, mais je serais plus qu’heureux de rester chez Toro Rosso. C’est une bonne équipe, qui est en train de grandir et de devenir de plus en plus forte. Nous avons une nouvelle usine, beaucoup de personnes compétentes sont arrivées, par conséquent je serais content de rester chez Toro Rosso l’année prochaine. Il n’y a rien à rajouter pour l’instant, vraiment.
 
 
Quel est ton sentiment au sujet de la course de Spa. Visiblement beaucoup de supporters vont franchir la frontière ce week-end et bien sûr c’est toujours particulier de courir sur ce circuit mythique, où Toro Rosso a effectué de belles choses par le passé, notamment en qualifications.
 
JEV : Avant tout, j’adore ce circuit. J’ai toujours aimé courir ici. Pour plusieurs raisons, je me rends compte que nous avons une bonne voiture pour ce tracé. Cette année, j’espère que ce sera encore mieux que les autres. Nous espérons un bon week-end avec des points à la clé, afin de faire oublier les mauvais résultats que nous avons enregistrés récemment. 
 
jules-spa.png
 Casque Jules Bianchi
jules-silv2.png 
 

JULES

 

Grand Prix de Belgique - La Course
Grand Prix de Belgique - La Course 
Spa-Francorchamps 
P18 1:54.894 
Jules Bianchi a une nouvelle fois passé la ligne d'arrivée aujourd'hui à Spa, mais la course ne s'est pas déroulée comme prévu. La course s'est entièrement passée sur le sec et il était difficile dans ces conditions pour Jules de maintenir sa position obtenue en Q2 hier. Il a terminé 18ème. 
Jules s'est élancé en pneus durs avant de passer aux medium pour son deuxième relais avant de terminer en pneus durs. 
Jules Bianchi #22: “La course a été compliquée aujourd'hui d'autant plus que j'ai eu un souci avec ma radio dès le début de la course. Notre rythme n'était pas aussi bon que ce que nous espérions. Comme la météo est restée clémente, nous n'avons pas eu les opportunités attendues. Néanmoins, les deux voitures sont à l'arrivée et nous conservons notre position au championnat. Nous espérons faire mieux à Monza.” 
John Booth, Team Principal “C'était une journée difficile après la journée positive d'hier. Nos deux pilotes ont souffert dès le départ de la course et ont perdu des positions plus vite que prévu. Notre rythme n'était ensuite pas assez bon pour conserver nos positions. Nous devons travailler pour extraire le maximum de performance de notre package à Monza.” 
Source: Marussia F1 Team  

 

 Grand Prix de Belgique - Qualifications 
Q2 P15 1:52.563 10 tours 
Jules Bianchi a dominé les conditions météo delicates à Spa aujourd’hui pour placer sa Marussia en Q2 pour la première fois cette année. 
La Q1 avait débuté sur une piste mouillée en pneus intermédiaires pour les pilotes. Jules est passé en pneus « medium » pour son dernier run mais la piste était, à ce moment là, encore trop humide pour les pneus lisses. Il a effectué un tour tout en discutant avec l’équipe afin de déterminer s’il fallait rester en piste ou non avec ces gommes. Il a finalement décidé de rester en piste dans l’avant-dernier virage pour effectuer une dernière tentative. Le pari a payé puisqu’il devance les deux Toro Rosso, les deux Williams, une Sauber et une Caterham pour offrir à l’équipe la Q2 à Spa, là où l’équipe a été en Q2 pour la dernière fois. 
Jules a de nouveau signé une bonne performance en Q2 pour finalement prendre la 15ème position sur la grille de départ. 
Jules Bianchi #22: “C’est un résultat fantastique pour l’équipe qui est très contente de retrouver la Q2. C’est un sentiment particulier pour tout le monde, moi également puisque c’est ma première Q2. Les choses vont de mieux en mieux ce week-end et je suis content que notre travail paye. Ce résultat n’a rien à voir avec la chance puisque tout le monde a été confronté au même choix à la fin de la Q1 : passer en pneus lisses ou rester en intermédiaires. Lors du premier tour de mon dernier run de Q1, le choix était compliqué mais j’ai finalement decide de rester en piste. Demain je serai sur la 7ème ligne de la grille de départ, cela sera agréable. Nous ne savons pas ce que la météo nous reserve. Nous avons tout a gagner et nous donnerons le maximum.” 
John Booth, Team Principal: “C’est un résultat extraordinaire pour l’équipe qui sait qu’elle peut gérer les aléas avec confiance. C’est la première fois que nous plaçons nos deux voitures en Q2 ! Les conditions étaient vraiment delicates, très changeantes, et nos pilotes ont fait prevue d’une grande maturité pour exploiter au mieux les informations données par leurs ingénieurs. C’était une bonne journée dans l’ensemble. La voiture a progressé et les pilotes en étaient très satisfaits en qualifications. Nous gardons cependant les pieds sur terre, et nous savons qu’il sera compliqué de garder nos positions demain. Mais c’est notre objectif et nous ferons de notre mieux.3 
 
23-08-13 
Grand Prix de Belgique - Essais
Spa-Francorchamps, Belgique 
EL1 P20 1:58.600 12 tours 
EL2 P21 1:53.482 28 tours 
Après quatre semaines de pause, la Formule 1 a repris la piste aujourd’hui sur le circuit de Spa-Francorchamps pour les deux premières séances d’essais libres du week-end. 
Les bonnes conditions météo d’hier n’étaient pas au rendez-vous ce matin, ce qui a légèrement perturbé le programme de l’équipe du fait des changements de conditions en piste. 
Cet après-midi, la piste était sèche et la séance a donc été plus constructive. L’équipe s’est concentrée sur des tests aérodynamiques afin de définir au mieux l’équilibre de la voiture pour ce circuit si particulier. 
Jules Bianchi #22: “La pause estivale a été interminable pour moi, je suis donc très content e retrouver mon cockpit pour la seconde moitié de la saison. C’était un peu frustrant aujourd’hui avec les conditions que nous avons eu ce matin, mais l’expérience acquise nous sera peut-être utile plus tard pendant le week-end. Sur le papier, notre voiture devrait bien se comporter ici, mais nous avons encore du travail pour tout optimiser.” 
John Booth, Team Principal: “Toute l’équipe était heureuse de retrouver un circuit et de débuter la seconde partie de la saison. Après la Hongrie, nous avons passé beaucoup de temps à évaluer nos performances et nous sommes venus ici avec différentes options de réglages et des développements à tester en essais libres. Mais la météo nous a joué des tours, comme c’est souvent le cas à Spa, et nous n’avons pas pu tout tester ce matin. Cet après-midi, nous avions des réglages différents sur nos deux voitures afin de collecter le maximum de données. Cela a été très utile et nous a donné confiance pour la suite des événements.” 

 

Destination: Spa
La saison 2013 de F1 reprend ce week-end, sur le mythique trace de Spa-Francorchamps, après la trève estivale. 
Il n’y a pas meilleur endroit pour reprendre la piste que le circuit Belge majestueusement implanté dans les Ardennes. Le cadre ainsi que le trace en lui même, mêlant longues lignes droites et virages rapides, assurent à Spa-Francorchamps une place privilégiée par les pilotes, les écuries et les fans, pour longtemps encore. 
Avec 7.004km, le circuit belge reste le plus long de la saison, il compte 19 virages : 10 à gauche et 9 à droite. 
Jules Bianchi, Driver #22: “D’un côté c’est bien d’avoir une vraie pause pour tout le monde. De l’autre j’étais prêt à monter dans ma voiture après une semaine seulement !Je suis impatient de prendre la piste ce week-end pour débuter la seconde moitié de la saison. Elle va être très importante pour nous et je donnerai 100% pour atteindre nos objectifs. J’ai pu prendre un peu de recul lors de la pause, réfléchir à comment je pouvais apporter mon expérience au mieux à l’équipe, comment améliorer ma condition physique pour donner encore plus lors des relais en course… Cela va être bon de rouler à Spa à nouveau, c’est un circuit fantastique et j’attends impatiemment d’y rouler avec une F1.” 
John Booth, Team Principal: “C’est bien d’avoir toute l’équipe en forme après la pause et prête à affronter la seconde partie du championnat. Il n’y a plus que deux courses en Europe donc ce qui nous attend est très exigeant. Nous sommes toujours à la 10ème place du championnat constructeurs et nous ferons tout pour garder cette position. Cela commence par faire un bon résultat dès ce week-end à Spa, une de nos destination préférée. Nous aurons de nouveaux éléments de suspension et de freins à évaluer. Comme toujours, nous espérons progresser tout au long du week-end et amener nos deux voitures à l’arrivée, devant nos concurrents les plus proches.” 

 jev-spa.png
 
Fri 23 August 2013
Practice 110:00 - 11:30
Practice 214:00 - 15:30
Sat 24 August 2013
Practice 311:00 - 12:00
Qualifying14:00
Sun 25 August 2013
Race14:00
 
 
Site Jules. Clic.. 
kev-carrera.png
Podium pour  Kévin Estre carrera cup allemande Nurburgring avec le papillon de Julie
 
 
 
-Kévin Estre entête du championnat allemand de Carrera Cup. Clic... 
 
kev-carrera-podium.png
 
kevcup3.png
 
 
ferrari-david-gg-2.png
 Ferrari David Zollinger/Gérard Tonelli Lédenon 2013 (Team Sofrev ASP)
 
 
 Après le GT Séries à Nogaro avec Fabien Barthez, le Blancpain Series au Castellet avec F. Barthez et M. Moullin-Traffort, j'ai la chance de pouvoir faire une troisième course dans une autre catégorie: le GT Tour sur un circuit que je connais bien et avec le maitre de ces lieux: David Zollinger.
David, coach en sport automobile, notamment sur le circuit de Ledenon est l'un des meilleurs pilotes proto ( 3 victoires en 2010, 2011 et 2012 en V de V avec une Norma du team Palmyr).
Nous avions tenté une première course GT en 2008 sur une Porsche GT2 qui ne nous a pas laissé une grande satisfaction.
Lorsque Jérôme Policand m'a confirmé la disponibilité d'une 3ème Ferrari pour le GT Tour de Ledenon, j'ai proposé à Renaud Derlot de me rejoindre( nous avons également un goût d'inachevé qu'il faudra comblé un jour), mais son Job avec JEV ne lui permettait pas de s'engager. 
David m'est apparu comme une évidence, même s'il n'est pas un vrai spécialiste du GT. 
Le niveau du GT Tour est très élevé, nous n'avons aucune prétention sur un one shot. Nous voulons simplement se faire plaisir avec Fabien et  Morgan dans le team de Jérôme Policand avec une audio de rêve.

 G. Tonelli 
 david-gg.png
 D.Zollinger et G.Tonelli: première expérience en GT2 à Magny-cours qui demande une revanche....
 
 Endurance infos:
Le Team SOFREV-ASP alignera sa troisième Ferrari 458 Italia GT3 à Lédenon pour la pénultième Etape du GT Tour. Actuellement aux commandes du championnat Pilotes avec la paire Barthez/Moullin-Traffort, l'équipe dirigée par Jérôme Policand peut aussi compter sur Jean-Luc Beaubelique et Soheil Ayari pour aller chercher la couronne finale. Dans le Gard, la troisième Ferrari sera confiée à Gérard Tonelli et David Zollinger. Si le premier est un habitué des courses GT, le second est connu pour sa pointe de vitesse en VdeV Endurance Series. 
 Site David Zollinger:coaching driving concept.com 

thomas350.png
 
L’odyssée américaine d’Ulysse Delsaux et Thomas Ferrando

BLOIS, France – Grâce à la filière mise en place par les NASCAR Whelen Euro Series, le temps des vacances aura été pour Thomas Ferrando et Ulysse Delsaux, 15 ans tous les deux, celui de la découverte de la NASCAR. Un programme riche en émotions et sensations.
Jérôme Galpin, créateur et promoteur des NASCAR Whelen Euro Series, est particulièrement attaché à développer un programme de découverte de la NASCAR américaine pour les jeunes européens. Ainsi, les jeunes Thomas Ferrando et Ulysse Delsaux, 15 ans, ont chacun profité de ce programme pour vivre une expérience américaine en plein cœur de la région historique de NASCAR sur les circuits qui ont vu débuter les légendes du sport, comme Dale Earnhardt ou Richard Petty.
S’ils ont tous les deux pour projet de débuter en NASCAR Whelen Euro Series dès 2014, chacun avait des objectifs différents. Ferrando venait concrétiser les beaux résultats obtenus en 2012 alors que pour Delsaux il s’agissait d’une vraie découverte.
Dès jeudi 1er août, ils entraient dans le vif du sujet avec une journée d’essais en late model sur le circuit d’Hickory, Caroline du Nord. Vendredi 2 et Samedi 3, Ferrando était engagé dans 3 courses en modified et late model pendant que Delsaux prenait le départ de 2 courses dans des catégories inférieures sur le mythique circuit du Bowman Gray Stadium, Winston Salem, Caroline du Nord.
Le bilan de Ferrando est très positif. Malgré un accrochage inévitable dans la première course qui le faisait partir dernier sur la grille de la deuxième, il a fait une magnifique course qui lui permettait de remonter et finir 12ème des 24 partants, égalant ainsi son meilleur résultat à Bowman Gray Stadium. Samedi, il partait 14ème sur la grille de Late model. De nouveau pris dans un accrochage dès les premiers tours et qui le voyait repartir dernier, il a effectué une superbe remontée pour décrocher au final son premier top 10 en NASCAR.
Pour Delsaux qui s’installait pour la première fois au volant d’une voiture de NASCAR en course, il s’agissait surtout d’une découverte du sport dans son ensemble. Il réalise deux belles courses et termine notamment à une belle 13ème place sur 20 partants.
Ils laisseront tous les deux une très bonne impression aux teams qui les hébergeaient et garderont le souvenir d’une expérience extraordinaire.
Pour terminer ses vacances américaines, Ferrando et sa famille ont pris la route du Nord pour rejoindre Watkins Glen, New York, où Anthony Gandon disputera dès samedi 10 août sa 1ère course en NASCAR Nationwide Series.
A vivre avec eux dès 20 heures samedi 10 août en direct sur Motors TV dans toute l’Europe! 
 
thomas2.png 
 
thomas1.png 

kevin_estre_hungaroring_2013.png

 Kévin Estre avec le papillon de Julie: un pilote d'exception avec des valeurs humaines développées:)

 

 

De ring en ring
Kévin Estre enchaîne les combats sur les rings d’Allemagne et d’ailleurs. Il a remporté son cinquième succès de la saison en Porsche Carrera Cup Allemagne au Norisring la veille de la Fête Nationale, puis une deuxième victoire de catégorie sur la boucle Nord du Nürburgring dans le cadre de la série VLN. Le Hungaroring qui lui a offert tant de satisfactions en 2011 et 2012 fut moins généreux cette année, mais la 4ème place obtenue en lever de rideau du Grand Prix de Hongrie permet au pilote icsport management de rester dans la course pour le podium final de la Supercup.
Porsche Carrera Cup Allemagne : la Marseillaise du 13 juillet
Sur le Norisring, on peut dire que le Français a dominé son sujet. Cet étrange circuit tracé dans les rues de la banlieue de Nüremberg l’a vu signer les deux pole positions et remporter une victoire incontestable dans la course 1. « Après un bon départ, j’ai pris 3 secondes d’avance en trois tours. J’ai continué à me détacher par la suite mais il fallait être prudent en dépassant les retardataires car le circuit est très court et nous étions 34 pilotes en piste. » Kévin passe la ligne 7 secondes devant Norbert Siedler.
Il comptait bien récidiver le lendemain et fêter dignement le 14 juillet, mais… « Pour avoir bougé avant le départ, j’ai écopé d’un drive through qui me semble sévère et qui m’a doublement pénalisé. L’embrayage a dû souffrir de la chaleur et d’un premier faux départ, mais la voiture n’a que très légèrement bougé, c’est même difficile à déceler sur les vidéos. De plus, la pénalité m’a été infligée alors que le peloton avait été regroupé derrière la safety-car, j’ai donc perdu énormément de places. »
Kévin est reparti aux alentours de la 26ème place et son énergique remontée lui a valu de terminer 13ème et de sauver quelques points. Il en possède encore 15 d’avance sur Siedler avant la prochaine manche au Nürburgring, les 17 et 18 août. Vous pourrez revivre la victoire de Kévin au Norisring et vous faire une opinion sur sa pénalité dominicale en regardant les « highlights » sur le site racecam.de. 
 
kev-nur2.png
 
Porsche Mobil1 Supercup : en manque de test à Budapest
L’équipe Attempto Racing n’a pu tester la nouvelle Porsche 991 GT3 Cup sur le Hungaroring, contrairement à 75% du plateau de la Supercup. Cela explique sans doute les performances en demi-teinte de ses pilotes en qualification. Parti 6ème, Kévin a profité au départ d’une manœuvre de Michael Ammermüller qui a compromis les chances de plusieurs de ses voisins de grille de départ. « Michael m’a doublé avant de freiner tard sur la partie sale. Heureusement j’étais au bon endroit pour me faufiler en 4ème position. J’arrivais à suivre le trio de tête au début, tout en ménageant mes pneus car la température de la piste dépassait les 50 degrés ! Pourtant, dès le sixième tour, les gommes ont commencé à se dégrader fortement. J’ai perdu du terrain et j’ai dû défendre ma place sur la fin. »
Kévin voudra améliorer sa 6ème position au championnat à l’occasion de la manche belge à Spa-Francorchamps les 24 et 25 juin prochains.
Porsche Mobil 1 Supercup, prochaines épreuves (1 course par meeting sauf précision) :
23-25 août: Grand Prix F1 de Belgique, Spa-Francorchamps ; 6-8 septembre: Grand Prix F1 d'Italie, Monza ; 1-3 novembre: Grand Prix F1 d'Abou Dhabi, Yas Marina (2 courses).
Porsche Carrera Cup Deutschland, prochaines épreuves (2 courses par meeting) : 16-18 août: DTM Nürburgring ; 13-15 septembre: DTM Oschersleben ; 27-29 septembre: DTM Zandvoort ; 18-20 octobre: DTM Hockenheimring.
Bio Kévin Estre
Français, né le 28 octobre 1988 à Lyon, réside à Langenfeld (Allemagne)
Principaux titres: Champion d’Europe de Karting ICA/Espoir (2004), Champion de France de Formule Campus (2006), Champion de la Porsche Matmut Carrera Cup France et Champion Rookie de la Porsche Mobil 1 Supercup (2011), vice-champion de la Porsche Mobil 1 Supercup, 4ème et champion Rookie de la Porsche Carrera Cup Deutschland (2012), record du tour de la catégorie GTC aux 12 Heures de Sebring, 2 victoires de catégorie en VLN (2013). Leader de la Porsche Carrera Cup Allemagne après 9 courses sur 17 (4 pole positions, 5 victoires). Plus d’infos : www.kevinestre.fr 

 

 jules-jev-melbourne.png

 Jean-Eric Vergne et Jules Bianchi avec le papillon de Julie en F1 Budapest

 

RESULTATS.CLIC 

JEV:

 

La course:

nstallé à la quatorzième position sur la grille de départ du Grand Prix de Hongrie, Jean-Eric Vergne n’effectuait pas le meilleur envol possible. Le Français donnait néanmoins le meilleur de lui-même afin de remonter au classement pour finalement franchir la ligne d’arrivée au 12e rang, devant son équipier.
 
« Cela a été une course compliquée » concède JEV. « Nous avons pu mesurer hier, particulièrement avec Daniel, la capacité de la voiture mais en course nous avons souffert et nous n’étions pas en mesure de nous battre avec nos adversaires habituels. J’ai fait ce que j’ai pu après un mauvais départ, ce qui veut dire que j’ai été obligé de m’employer pour remonter à la position d’où je suis parti. »
 
« Battre mon équipier ? Cela ne veut rien dire, surtout quand c’est en dehors des points. J’aurai préféré finir derrière lui et dans les points. »
 
« Les vacances débutent bientôt, mais je vais rester concentré sur la course. J’ai prévu beaucoup d’entrainement afin d’être en bonne forme physique dans le but d’effectuer une belle seconde partie de saison. Il nous reste une semaine de travail durant laquelle, avec les ingénieurs, nous avons beaucoup de choses à faire. »
 
Rendez-vous fin août en Belgique, sur le mythique tracé de Spa-Francorchamps. 

 

Qualifs:

Si Jean-Eric Vergne est parvenu à se qualifier en Q2, le Français ne pouvait faire mieux que 14e, sans réellement s’expliquer les raisons de sa relative contre-performance. Le pilote Toro Rosso reste néanmoins optimiste en vue d’une course qui s’annonce compliquée pour tout le monde.
 
« Je ne comprends pas vraiment pourquoi je suis plusieurs dixièmes plus lent que mon équipier en Q2 » concède Jean-Eric. « Je suis donc impatient de savoir ce qu’on va retirer des datas. Nous n’avons pas vraiment rencontré de problème, même si depuis vendredi je manque d’appui sur ma voiture. »
 
« Demain, avec cette chaleur, la course sera difficile, notamment avec les pneus softs. Adopter la bonne stratégie fera donc la différence. Nous avons amélioré la voiture depuis vendredi, donc compte tenu de toutes les incertitudes que nous pouvons rencontrer demain, je reste optimiste et j’espère pouvoir me battre pour les points. »
 
« Mon état d’esprit par rapport aux différentes rumeurs ? Cela n’a aucune influence sur ce que j’ai à faire ce week-end. » 

Essais libres vendredi: 

Jean-Eric Vergne et Toro Rosso ont consacré la journée de vendredi à évaluer de nouvelles évolutions sur les monoplaces de l’équipe italienne, touchant à l’aérodynamique et aux suspensions. Quatorzième le matin, seizième l’après-midi, JEV a identifié les points à améliorer afin de hausser son niveau de jeu demain. 
 
« Dans la matinée, j’ai essayé la voiture avec les nouvelles évolutions amenées par l’équipe ce week-end » explique le Français. « Nous avions quelques doutes sur la manière dont cela fonctionnait, donc dans l’après-midi nous avons décidé de revenir en arrière sur quelques points afin de vérifier certaines choses. »
 
« Nous étions trop lents aujourd’hui, je pense donc que nous allons effectuer d’importants changements sur la voiture d’ici à demain. Je surchauffais les pneus arrière, ce qui conduisait à beaucoup de sous-virage sur les longs relais. La voiture n’était donc pas agréable à piloter. » 
 
« Il y a beaucoup de travail à faire pour rendre la voiture plus compétitive pour la suite du week-end. Les pneus sont bien entendus très importants dans ces conditions et nous devons trouver le moyen d’en tirer le meilleur rendement car je n’étais pas vraiment satisfait de leur performance aussi bien sur les longs relais que sur les courts. » 
 
Jules Bianchi: 
La course:
P16 1:28.250

La formule de cet après-midi 1 ™ Magyar Nagydίj 2013 s'est avéré être tout aussi difficile que nous l'avions prévu que le Hungaroring baignait dans des températures atteignant 35 ˚ C et 51 ˚ air C piste.

Après avoir démarré à partir du fond de la grille, l'équipe a adopté une stratégie audacieuse, en commençant Jules Bianchi sur le pneu Pirelli Medium tandis que ses concurrents les plus proches étaient en avance sur les Softs jaune. Il luttait avec le solde de ce passage initial et ce fut soulagé légèrement après son premier ravitaillement au 21e tour alors qu'il était en mesure de passer aux Softs. Deux autres relais chacun sur le pneu Medium donné lieu une fois de plus à ses malheurs de l'équilibre et une bonne partie de la deuxième moitié de la course, il se battait la voiture, tout en travaillant dur à gérer la dégradation des pneus. Nous nous dirigeons maintenant dans la fermeture estivale de ce sport se tient immobile 10ème position dans le championnat des constructeurs, après avoir maintenu ce classement depuis la course inaugurale de la saison à Melbourne.

Jules Bianchi n ° 22: «C'était une course très difficile aujourd'hui et nous avons été aux prises avec la balance tout le temps et d'avoir à travailler si dur pour préserver les pneus arrière. Les 70 tours ont été un peu un combat pour être honnête. Sur le côté positif, nous restions fiable dans une course qui est très exigeant pour les voitures, ramener chez eux une fois deux voitures. Mes remerciements à l'équipe pour un bon travail, surtout aujourd'hui avec les arrêts aux stands et des températures élevées. Ils ont fait de leur forte performance habituelle. Maintenant nous nous dirigeons vers la pause estivale et il ya un temps pour les deux autres, mais pensons aussi à ce que nous pouvons faire quand nous reviendrons pour la deuxième moitié de la saison. Il est donc important que nous tenons notre terre à nos concurrents pour atteindre nos objectifs cette année. "

John Booth, Team Principal: "Compte tenu du déficit de rythme que nous avons vu hier en le qualifiant a toujours été va être difficile de faire des progrès aujourd'hui. Nous savions que nous devions faire quelque chose de différent sur la stratégie, mais nous ne nous attendions pas à tomber aussi loin que nous l'avons fait sur le pneu Medium au début de la course. Les relais que nous avons pu atteindre aujourd'hui n'étaient pas assez pour compléter notre course à deux arrêts planifiés et donc à la fin nous avons dû déménager à une course à trois arrêts, ce qui n'aide pas les lacunes figurant sur la feuille de temps à l'extrémité. Globalement, un week-end difficile et que nous voudront passer de rapidement. La prochaine série de courses à venir après la pause jouera à plusieurs des points forts de notre voiture et nous allons pousser pour que nous apprenons chaque leçon que nous pouvons de cette course pour revenir de la pause avec une vigueur renouvelée. Enfin, je tiens à remercier l'équipe de course pour leur travail acharné dans la chaleur aujourd'hui, nous avons bien réagi aux situations observées sur la bonne voie et les garçons exécutés bons arrêts aux stands, ce qui était le maximum que nous pouvions faire. " 
 
Qualifs:
P21 1:23.787 8 tours

Un week-end difficile à Budapest poursuivi pour nos pilotes aujourd'hui en qualifications pour la course de 70 tours de demain sur le Hungaroring. Jules Bianchi a vu une certaine amélioration dans la voiture alors qu'ils se rendaient en Q1, après avoir travaillé avec détermination son ingénieur pour extraire plus de performance. Il a terminé la journée en 21ème position.

Jules Bianchi # 22:
"Nous ne sommes pas là où nous devons être à ce stade du week-end et je pense que nous sommes confrontés à une rude bataille dans la course de demain sur une piste qui est déjà assez difficile de toute façon. Même si j'ai fait une erreur dans le dernier virage sur mon tour rapide et j'ai perdu quelques dixièmes, cela n'aurait pas été suffisant pour dépasser les Caterhams aujourd'hui. Nous avons apporté quelques améliorations au cours du week-end pour vous, mais nous avions besoin de trouver davantage de la voiture et nous n'avons pas été en mesure de le faire. Demain, ce sera une expérience difficile pour les pilotes et l'équipe, donc nous devons avoir confiance en notre stratégie visant à nous aider à trouver la bonne récompense pour nos efforts ici. "

John Booth, Team Principal:
«Il est juste de dire que nous ne sommes pas heureux d'être dans la position où nous sommes en mais nous n'avons pas arriver à cette piste avec des attentes élevées. La combinaison des exigences appuis ici, aligné sur la nécessité de faire face à des températures ambiantes élevées, a toujours signifié que nous serions désavantagés avec notre package actuel. Toutefois, cela ne veut pas dire que nous n'avons pas travaillé dur pour améliorer la voiture autant que possible afin d'essayer de rattraper son retard. Ni pilote a obtenu un tour propre en qualifications, mais nous sommes un peu timide de notre rythme habituel. Demain apportera de nouveaux défis à toute l'équipe, en particulier les conducteurs avec des températures ambiantes élevées attendues. Ce dont je suis sûr, c'est que tout le monde va se donner à 100% avant la pause estivale pour obtenir le meilleur résultat possible ". 
 
Grand Prix de Hongrie - Pratique 1 & 2
Hungaroring, Budapest, Hongrie
FP1 P21 1:27.617 20 tours
FP2 P21 1:25.143 39 tours
La température de l'air a grimpé à un torride 31 ˚ C aujourd'hui à Budapest comme le premier des séances d'essais libres de Grand Prix de Hongrie ce week-end a débuté sur le Hungaroring.
Jules Bianchi # 22:
"Cela a été un vendredi occupé pour nous, mais nous ne sommes pas là où nous voulons être encore avec la voiture. il faut savoir si nous allons être en mesure de se battre pour une meilleure position ce week-end contre nos concurrents directs. Nous luttons également avec la dégradation des pneus, qui est assez sévère, donc il faut pour nous  regarder et examiner avec les ingénieurs du jour au lendemain ".
John Booth, Team Principal:
"Jules mis sur le développement de la mise en place pour répondre à la nouvelle construction pneus Pirelli. Nous avons eu quelques idées pour poursuivre à partir des données que nous avons recueillies à l'épreuve de Silverstone, mais en raison des restrictions mises en place c'est la première occasion pour nous de le rééquilibrer la voiture. Les deux pilotes de course étaient dans la voiture cet après-midi et les pneus sont redevenus nos efforts pour nous assurer que nous avons eu la grande carburant longs runs terminé pour nous donner la meilleure information avant dimanche. Nous sommes un peu déçus par notre rythme de court terme, à l'heure actuelle, mais les pilotes ne sont pas 100% satisfait de l'équilibre de la voiture, ce qui nous donne quelque chose à travailler toute la nuit ".
Source: Marussia F1 Team 

jules-casque-nurbur.png

 

Jules Bianchi:

Destination: Budapest 
La prochaine destination de Jules Bianchi et de Marussia est le Hungaroring, situé à ‘extérieur de la jolie ville de Budapest. Le circuit, long de 4.381km, est composé de 14 virages - 8 à droite, 6 à gauche – et est le circuit permanent le plus lent de la saison. 
Cette 10ème manche est la dernière course avant la trêve estivale qui permettra aux équipes de recharger les batteries avant la seconde partie de la saison. 
Jules Bianchi #22 
“Piloter vendredi après-midi m’a rappelé à quel point j’ai envie de piloter depuis le Grand Prix d’Allemagne, j’attends donc la Hongrie avec impatience. La première partie de la saison est passée si vite et je pense qu’il est important que nous ayons un bon week-end à Budapest pour que tout le monde soit bien concentré sur la fin de la saison après la pause. Cette coupure est bien méritée après le gros travail fourni depuis le début de la saison, mais nous devrons de nouveau tout donner pour atteindre nos objectifs d’ici la fin de la saison. J’apprécie le Hungaroring, j’y ai roulé en GP2 et en Formule Renault 3.5. La température est généralement élevée là-bas et le circuit est assez exigeant donc le week-end n’est jamais simple ici. Nous espérons un week-end positif et une double arrive pour nos voitures.” 
John Booth, Team Principal, Marussia F1 Team 
“Nous avons effectué de bons tests à Silverstone cette semaine en donnant de belles opportunités à nos pilotes essayeurs et en permettant à nos pilotes d’appréhender les nouveaux Pirelli. Nous avons eu de la chance avec la météo et c’est bien car il en sera de même en Hongrie selon les prévisions. Le Hungaroring va être exigeant avec nos pilotes mais leur condition physique est parfaite pour tous les circuits. Nous sommes chanceux d’avoir deux pilotes qui prennent très au sérieux leur préparation physique. Ce circuit demande une attention particulière et il n’y a pas d’endroit pour se relaxer. Ils se sont préparés au simulateur, nous espérons donc un bon week-end avec tout dans l’ordre pour devancer nos concurrents directs. » 
Source: Marussia F1 Team 

 jev-reno.png

 

 

jules-casque-silv.png 

 jules-silv2.png

 

jev-pap-niurbur.png 

 

 Site web Jules Bianchi. Clic;.. 

 

Infos/photos: Le point.fr-Redbull-Marussia-RMC-ESPN-F1.sport.fr -