jev-reno.png

 Jean-Eric Vergne et Renaud Derlot à Melbourne pour préparer la première course en F1 avec le papillon de Julie.

 

Le papillon de Julie en F1....

 

Je n'ai pensé qu'a rejoindre Julie pendant les deux années qui ont suivi l'accident. Puis une lueur est  apparue par miracle, je devais faire vivre Julie sur les circuits.

Les pilotes de karting devaient porter un petit papillon rose pour représenter la fondation de Julie.

Immédiatement, j'ai pensé qu'un jour un de ces petits pilotes que j'aimais tant l'emmènerait en F1. 

Mon rêve est devenu réalité par miracle, le chemin est si difficile.

Pour couronner un succès de l'amitié et de l'amour, c'est Renaud Derlot mon ami et Jean-Eric Vergne qui a imposé le papillon sur toutes les Formule Campus, qui m'ont fait ce cadeau exceptionnel.

Est-il possible d'être heureux lorsqu'on a perdu tout ce que l'on a?

Pendant neuf ans, je me suis traîné, arborant un sourire de  façade en public ou sur les photos.

Aujourd'hui grâce a à mes amis Renaud et Jev, j'ai une sensation de bonheur.

Ce petit papillon en F1 est le symbole de toute l'amitié, la compassion et l 'amour  des milliers de pilotes qui ont porté le papillon sur un circuit.

C'est une réussite commune, nous sommes arrivé à emmener Julie sur les circuits de F1. Elle est désormais éternelle. 

Merci à tous

Le papa de Julie  

 

 

jev_barcelone.png

 Superbe première qualif pour JEV 11ème

 

-Résultas qualif. Clic... 

 

La course: Jean-Eric Vergne:

Parti en 11ème position, Jev est victime d'une touchette dans le premier virage. Il sort 16 ème. La suite est marquée par une remontée couronnée de meilleur tour en course pour arriver en 6ème position.

Il est bloqué par un pilote qu'il essaie de doubler pendant une dizaine de tours. 

Un safety car vient perturber le déroulement du grand prix. Jev reprend son envol et peut rentrer dans les point mais au dernier virage un cafouillage le prive de la 8 ème position.

Il est forcément déçu, mais il a fait une démonstration de son talent et de son potentiel.

Le papa de Julie 

 

Jean-Eric Vergne a conclu la première course de sa carrière en F1, avec l’équipe Toro Rosso, pouvant se féliciter du fait d’avoir tenu la cadence des meilleurs jusque dans les derniers hectomètres de la course. Las, le Français est passé à deux doigts d’inscrire son tout premier point en Championnat du Monde, avec la 11ème position.

Qualifié en cette même place sur la grille, JEV prenait un départ canon le voyant gagner plusieurs positions. “Webber m’a ensuite touché et j’ai perdu beaucoup de temps”, regrette cependant le pilote du programme Red Bull Junior.

Ce fut compliqué après ça, car je me suis retrouvé coincé derrière des voitures que je ne pouvais pas passer, même si elles étaient considérablement plus lentes que moi”.

Les temps au tour ne mentent en effet pas, et Vergne s’est plus souvent qu’à son tour aligné sur les chronos des Mercedes et Ferrari en course. Une petite erreur finira de faire compromettre les chances d’arrivée dans les points, comme il le reconnaît :

En essayant de passer Di Resta, j’ai commis une petite faute, en freinant un petit peu trop tard et je suis allé dans les graviers. Mais même en pneus sales, je faisais de très bons temps. C’est juste dommage d’avoir perdu autant de terrain. C’est la course”.

La fin de course fut un peu chaotique, Vergne manquant une opportunité de dernière minute avec le crash de Maldonado, qui poussait Fernando Alonso aux limites de sa Ferrari. C’est cependant le coéquipier du Français Daniel Ricciardo qui aura la joie de marquer des points chez lui pour son premier GP.

J’ai beaucoup appris durant mon premier weekend en F1, et il reste 19 courses sur lesquelles je peux marquer des points, relative JEV. J’ai hâte d’être en Malaisie dans quelques jours”, anticipe le Français. 

 

Le classement de la course:

 1.  Button        McLaren-Mercedes           1h34:09.565  2.  Vettel        Red Bull-Renault           +     2.100  3.  Hamilton      McLaren-Mercedes           +     4.000  4.  Webber        Red Bull-Renault           +     4.500  5.  Alonso        Ferrari                    +    21.500  6.  Kobayashi     Sauber-Ferrari             +    36.700  7.  Raikkonen     Lotus-Renault              +    38.000  8.  Perez         Sauber-Ferrari             +    39.400  9.  Ricciardo     Toro Rosso-Ferrari         +    39.500 10.  Di Resta      Force India-Mercedes       +    39.700 11.  Vergne        Toro Rosso-Ferrari         +    39.800 12.  Rosberg       Mercedes                   +    57.600 13.  Maldonado     Williams-Renault           +    1 tour 14.  Glock         Marussia-Cosworth          +    1 tour 15.  Pic           Marussia-Cosworth          +    2 tours 16.  Senna         Williams-Renault           +    4 tours 

 

jev-renaud.png

 

melbourne.png Un papillon de Julie à Melbourne

 casque-jev.png

 

 

Au Grand Prix de Melbourne en Australie dans cinq jours, pour la première épreuve de la saison 2012, Jean-Eric Vergne fera ses grands débuts en F1 au volant de sa Toro Rosso. A 21 ans, le protégé de Red Bull va devenir le plus jeune pilote français au départ d'un Grand Prix. Et ce n'est qu'un début.. 

 

Un destin tout tracé. Fils de propriétaire d'une piste de karting, Jean-Eric Vergne a appris à piloter comme d'autres enfants apprennent à pédaler. Ses classes faites au ras du sol et au volant de la plus nerveuse et intrépide des monoplaces, l'adolescent qu'il fut s'est rapidement distingué en triomphant en Formule Campus (2007), Formule Renault 2.0 (2008) puis en F3 britannique (2010), véritable championnat de référence pour les prétendants à l'élite. Vice-champion de Formule Renault 3.5 Series la saison passée, c'est à l'occasion des Rookie Days, sur le circuit d'Abu Dhabi, que le jeune homme de 21 ans a saisi la chance de sa vie à l'automne dernier.

Ces trois jours de novembre, Jean-Eric Vergne va sortir du lot, convaincant Helmut Marko - observateur assidu du garçon depuis 2007 et, accessoirement, responsable du programme de développement de la structure Red Bull - d'appuyer sa candidature à une place de titulaire chez Toro Rosso, l'antichambre de l'écurie championne du monde. Fini le travail de l'ombre, et les seuls essais du vendredi pour étancher sa soif - comme ce fut le cas l'an passé en Corée du Sud, à Abu Dhabi et au Brésil - "JEV" joue désormais dans la cour des grands. Un nouvel environnement qui n'est pas pour l'impressionner, si l'on en juge ses performances aux tests de pré-saison.

 

A Jerez mais aussi et surtout à Barcelone, Jean-Eric Vergne est apparu comme un poisson dans l'eau ces dernières semaines, ne souffrant guère de la comparaison avec son coéquipier, Daniel Ricciardo, lequel affiche pourtant une demi-saison au compteur. "Ces deux gars sont tous les deux très compétitifs. Ils sont des purs produits du programme pour les jeunes de Red Bull et ils sont tous les deux des pilotes Red Bull Racing prêtés à Toro Rosso, pour parfaire leur apprentissage, souffle à leur sujet Christian Horner, le patron de l'écurie de Milton Keynes. Ils sont deux des talents les plus prometteurs en F1. Les mettre dans le même environnement nous donnera une meilleure visibilité pour voir leur potentiel."

Les pieds sur terre

Leur potentiel, Franz Tost le connaît et s'en frotte les mains. "Durant l'année écoulée, Daniel et Jean-Eric ont fait leurs preuves, estime le directeur du team Toro Rosso. Jean-Eric a prouvé qu'il pouvait s'adapter rapidement aux exigences du pilotage d'une F1." Pas question pour autant de brûler les étapes, en songeant trop tôt à une éventuelle promotion chez Red Bull. Jean-Eric Vergne, malgré son jeune âge, garde les pieds sur terre. "Depuis que je fais du karting, j'ai toujours eu pour philosophie de penser seulement au présent. Par exemple, je n'ai jamais pensé à la F1, sauf depuis que j'y suis. En 2012, je pilote pour Toro Rosso ; 2013 ne m'intéresse pas pour l'instant. Je vais donner le meilleur de moi-même et nous verrons bien ce qui arrivera", confesse le Francilien sur l'antenne autrichienne de Servus TV.

En attendant, c'est bien lui qui prendra place dans le baquet de l'une des deux STR7, le 18 mars prochain, à Albert Park."On se demande si on est prêts, avoue-t-il plein d'humilité sur RMC. Je vais rouler dans le simulateur pour apprendre davantage Melbourne. Je veux arriver là-bas en étant fin prêt." Son ambition ? "C'est difficile de dire que nous allons viser la 10e, la 9e ou la 8e place, car nous ne connaissons pas le niveau de compétitivité des autres. Le seul objectif possible pour moi et pour l'équipe est donc d'éviter les erreurs et de rallier l'arrivée, confie-t-il, cité par ESPN F1. Si nous y parvenons, et si on se fie aux années précédentes, je suis assez certain que nous pourrons marquer des points." Lors de ses débuts chez Toro Rosso en 2007, Sebastian Vettel avait inscrit six points en huit Grands Prix...
 
Infos/ Photos: ESPNF1 Staff / Tout F1.com/TF1/Sport auto.fr/Sport orange/toile F1